TABARA THIAM, Une handicapée pourvoyeuse d’Emploi

Issue de la très grande et respectueuse famille Thiam de Ségou, Tabara Thiam est née handicapée physique le 9 Octobre 1966 dans le quartier Sokalakono, mais très vite elle a compris que son handicap ne devrait pas l’empêcher de devenir ce qu’elle voulait, c’est pourquoi celle qui fut élevée par sa grande mère à dit un jour : « l’handicap c’est dans la tête », moi mon handicap me permettra de briser tous les obstacles qui se dresseront sur mon chemin.

Un jour en se  rendant dans une famille voisine, elle rencontra un homme de bonne volonté qui lui apporta pour la première fois son premier tricycle.

Son destin pris une nouvelle orientation, très pieuse, elle appris les versets coranique dans sa propre famille Thiam à Ségou, avant de s’orienter chez les sœurs blanches » à la mission catholique de Ségou afin d’apprendre la coupe et couture.

Elle sortira de ce centre en 1986 avec une Spécialisation en confection des draps de lit, nattes, habits pour les enfants.

Pour parfaire sa connaissance dans ce domaine, elle effectuera  successivement des stages à Sinfra République de côte d’Ivoire, au centre ‘’ Amitié ‘’ 1er quartier de Ségou.

Elle devient formatrice principale en coupe et couture dans plusieurs nouveaux centres de Ségou.

L’handicap étant un état d’esprit chez elle, Tabara décida d’avoir en 1995 son propre centre de coupe et couture, avec l’appui des bonnes volontés, de certaines ONG, de certains hommes qui assument aujourd’hui de haute responsabilité au sein de l’Etat, le rêve devient une réalité. Ainsi le centre «  jigiya » fut créé avec un investissement modeste.

De 1995 à nos jours le centre a formé plus d’une centaine de jeunes filles dont plusieurs handicapées.

Quatre ateliers indépendants détenus par ses élèves sont opérationnels à Ségou avec plus de 16 emplois permanents créés.

Pour agrandir ses activités, Mme Thiam fait aujourd’hui de la transformation des produits locaux qui sont écoulés à Ségou, au Burkina-Faso, et en Côte d’Ivoire.

Avec un chiffre d’affaire annuel pour l’ensemble de ses activités estimé à plusieurs millions de Francs CFA, celle qui inspirait la pitié  est devenue une « véritable entreprise  pourvoyeuse d’emploi », et beaucoup de familles à Ségou voient en elle un espoir de vivre.

Humble et timide elle suit inexorablement son chemin et fait la fierté de toute une région.

Très respectée dans sa famille, elle fait les travaux ménagers comme tous les autres, assistée de sa vieille mère, qui pense que Tabara est un don de Dieu, et que son exemple puisse inspirer d’autres jeunes handicapés physiques.

Mme Tabara Thiam parle français, arabe et bambara son plaisir comme elle le dit « c’est d’aider les autres afin que chacun puisse vivre décemment de son travail ».

Nous vous invitons à l’enregistrement de ce 16ème  numéro spécial ce Mercredi  25 juin 2008 a partir de 16 heures dans l’amphithéâtre de la Bibliothèque Nationale à 16h00.

Mise en place Terminée 15 H 30 mn.

La diffusion est prévue le 29 juin 2008 après le journal télévisé du soir de l’ORTM.

La « communication au service de la promotion de l’emploi »