Le parcours d’une intellectuelle "paysanne".

Pour son 9ème numéro, l’émission mensuelle télévisée « Itinéraires » va à la rencontre d’une paysanne pas comme les autres, Mme Kéita Fatou Fofana, Professeur d’Enseignement Secondaire Général de son état.

En effet, après son baccalauréat (série Sciences Biologiques) obtenu en 1982 en République Démocratique d’Allemagne (ex-RDA), cette native de Bozola à Bamako poursuivra ses études à la prestigieuse Ecole Normale Supérieure (ENSUP) de Bamako où elle y décroche, en 1987, sa Maîtrise en Allemand. Malgré cet atout que bon nombre de ses semblables auraient certainement envié à l’époque, la jeune diplômée Fatou Fofana va plutôt s’orienter vers ce qu’elle considère comme « sa passion » : le travail de la terre.

D’abord c’est dans le champ familial situé à Sénou (quartier périphérique de la capitale) qu’elle va effectuer ses premiers pas dans l’agriculture. Mais très vite, elle constate les limites de cette zone par rapport aux ambitions qu’elle nourrit en la matière. C’est ainsi, qu’en accord avec son mari, M. Falaye KEITA, lui aussi jeune policier à l’époque, ils vont vendre ce champ pour acheté un autre plus vaste et mieux adapté au programme d’aménagement dont elle rêvait. C’est là le départ d’une aventure exceptionnelle et qui est loin de s’arrêter, vu les perspectives qu’elle développe à présent.

Située à Samanko (ouest de Bamako) en bordure du fleuve Niger, la ferme de Mme KEITA s’étend aujourd’hui sur plus de 10 ha presque entièrement aménagés. Ce sont ainsi 4 ha d’agrumes ; un parc à bétail de plusieurs dizaines de têtes (bovins et ovins) ; une ferme avicole d’environ 1000 pondeuses ;  5 ha aménagés pour la culture de divers céréales, notamment le maïs et le riz ; l’espace de trois (3) à quatre (4) bassins de pisciculture, le tout alimenté en eau grâce à trois (3) moto pompes installés sur les berges du fleuve distant seulement de quelques 25 m. Pour entretenir cet ensemble aussi varié que divers, Mme KEITA emploie à plein temps une bonne dizaine de personnes et autant de journaliers en fonction des saisons.

Concernant les raisons de son choix pour l’agriculture contrairement à son domaine de prédilection qu’est l’enseignement ou tout autre métier en rapport avec son diplôme (maîtrise en langue Allemande), Mme KEITA répond sans aucune hésitation : « l’amour pour la terre ; la passion pour la nature ; une ferme volonté d’autonomie et la liberté d’entreprise ».

En terme de perspectives, elle envisage entre autres : le surcreusement d’un canal dont les travaux sont déjà bien entamés et qui permettra de drainer en toutes périodes de l’année de l’eau du lit du fleuve vers les terres aménagées ; la finition des travaux d’aménagement de 4 étangs de pisciculture ; la construction d’un nouveau château d’eau d’un volume de 20 000 litres en remplacement de l’actuel qui s’avère trop petit par rapport aux besoins de plus en plus élevés ; l’implantation de petites unités de conditionnement et de transformation de fruits et autres produits agropastoraux et enfin, la mise en place d’un véritable réseau de distribution et de commercialisation de ces différents produits.
A 47 ans, c’est cette épouse, femme au foyer et mère de trois (3) enfants, aimant la nature, la musique et le cinéma, qui sera l’invitée de l’émission « Itinéraires » dont l’enregistrement est prévu ce mercredi 25 juillet  2007 à 16 heures à la Bibilothèque Nationale, ACI 2000 Hamdallaye

Le public y est cordialement convié .