Invité du mois : Fodé KEITA, opérateur économique.

L’enregistrement du cinquième numéro de l’émission « Itinéraires » a eu lieu hier mardi 23 janvier dans la salle Thierno Bocar de la Bibliothèque nationale en présence du Directeur Général Adjoint de l’ANPE, M. Dioncounda NIAKATE et un public respectable majoritairement constitué de parents et amis de l’Invité du mois, M. Fodé KEITA, opérateur économique de son état.

En effet, pour ce premier numéro de l’année 2007, cette émission co-produite par l’ANPE et l’ORTM recevait un opérateur économique doublé d’un paysan moderne, comme il aime à le dire lui-même. Fodé KEITA est le prototype même du battant pour qui seuls comptent le travail, le sérieux et la rigueur. Tout le reste n’est que complément. C’est pourquoi, avec le diplôme d’ingénieur d’élevage, fraîchement sorti des bancs de l’IPR, dont il se félicite de la qualité de l’enseignement et de la formation reçus, il n’a jamais connu un seul jour de chômage et encore moins être attiré un tant soit peu par la fonction publique. Il s’est immédiatement installé dans le secteur privé où il constitue aujourd’hui une référence. Son champ de prédilection et qui cadre parfaitement avec son profil, c’est l’élevage. Il considère cette activité comme le seul secteur où notre pays n’a besoin d’aucune quelconque importation pour s’auto suffire. C’est donc à juste raison qu’avec l’agriculture et la pêche, l’élevage constitue un pilier essentiel de l’économie nationale du Mali.

Pour l’avoir compris très tôt, grâce notamment à l’amour que son défunt père portait au travail de la terre, le jeune Fodé KEITA, après son cycle d’ingénieur bouclé en 1988 à l’Institut Polytechnique Rural de Katibougou (IPR), spécialité ELEVAGE, ne perdra pas de temps pour faire sienne cette passion de la terre pour laquelle il avait déjà bâti sa propre vision.

C’est ainsi que dès 1989, il « récupère » la ferme familiale d’aviculture située à Farabanan, à une trentaine de kilomètres de Bamako. En quelques années, il en fît une entreprise moderne et prospère à telle enseigne que la vente d’une partie de la production lui permit d’ouvrir sa première officine de pharmacie vétérinaire en 1992.  

Passionné de travail et ayant une vision bien forgée du paysan moderne qu’il ambitionne d’être pour son pays, il devint un des tous premiers acteurs de ce secteur nouvellement libéralisé suite au retrait de l’Etat.

Toujours imaginatif et entreprenant Fodé ne tardera pas à installer un peu partout sur le territoire national des dépôts de produits vétérinaires dont il se charge lui-même de la coordination et la supervision.

Ainsi de Mopti à Sikasso en passant par Koutiala et autres localités, il sillonne le pays. C’est donc au cours de ces nombreux déplacements à l’intérieur du pays que l’idée de se lancer dans l’hôtellerie va germer dans son esprit. Cette idée donnera naissance quelques années plus tard au joyau architectural qu’est aujourd’hui l’Hôtel MASSALEY, sis à l’ACI 2000.

Le PDG de la société PHARMAVET Mali et de l’Hôtel MASSALEY, malgré ses multiples occupations professionnelles, est cependant resté viscéralement attaché à la terre. Il partage ainsi l’essentiel de son temps entre la pharmacie, l’hôtel, sa ferme avicole et le verger d’agrumes de 3 ha, qu’il a acheté en bordure du fleuve Niger voilà 7 ans et dont la production d’oranges et autres est entièrement dédiée à satisfaire les besoins de l’hôtel en jus. Comme pour dire que dans la vie tout se complète pourvu qu’on y mette un peu plus d’imagination, de créativité et de méthode surtout.

Du jeune écolier de l’école fondamentale de Médina Coura dans les années 70 en passant par le lycée Badala et l’IPR de Katibougou, Fodé KEITA, alias DJEFF pour les intimes, est aujourd’hui à 47 ans bientôt, un opérateur prospère et reconnu pour son courage, sa persévérance, son organisation et sa rigueur dans le travail. Marié et père de 2 enfants, Fodé n’a d’autre divertissement qu’aller en brousse. 

Pour davantage découvrir et connaître l’homme, nous vous invitons à suivre votre émission télévisée « ITINERAIRES » de ce dimanche 28 janvier 2007 après le Journal de 20 heures 15 de l’ORTM.