L’art, un gisement d’emploi mal exploité au Mali mérite, qu’on y prête plus d’attention.

Les Hommes dans leur parcours se distinguent des uns et des autres par les actes qu’ils posent. De ces actes certains rentrent dans  l’histoire de leur pays la tête haute. Parmi ces hommes nous pouvons citer le monstre sacré de la musique africaine le Maestro – Boncana Maïga.

De son vrai nom Boncana Tandagari Maïga, né il ya une soixantaine d’années à Gao, fils d’un cultivateur et d’une ménagère. Dès le jeune âge il fut envoyé au Niger voisin pour les études de comptabilité. Après celles-ci et contre l’avis de sa famille, il crée le « Negro-Band » un petit orchestre avec lequel il, fut le tour du Mali, c’était déjà en 1960. Ainsi l’aventure commença avec le Negro – Band, alors son talent fut découvert par les autorités  d’alors qui décidaient de l’envoyer en formation à Cuba.

En 1973 il rentra de Cuba et restera en chômage pendant une année pour la simple raison que les autorités politiques et administratives venaient de changer (coup d’état de 1968), alors le Maestro décida de rejoindre la Côte d’Ivoire où il y restera pendant plus de 20 ans.

En République de Côte d’Ivoire, il s’occupera successivement de l’Institut  National des Arts comme professeur de musique, Directeur adjoint du Conservatoire de Côte d’Ivoire, puis il montera l’orchestre de la RTI dont il était le chef d’orchestre.

Et c’est précisément en Côte d’Ivoire que le volet formation des artistes a été mis en exergue toutes nationalités confondues. Parmi les artistes maliens nous pouvons citer : Nahawa Doumbia, Kandia Kouyaté, Ami Koïta, Abdoulaye Diabaté, Kassé Mady Diabaté, Adja Soumano, Oumou Sangaré etc…

La formation à également concerné des célébrités africaines comme Aïcha Koné, Nayanka Bell, Gadji Cely et bien d’autres.

Aujourd’hui nous pouvons dire que ces artistes formés ont crées plusieurs dizaines d’emplois sans oublier ce qu’ils apportent à l’économie de leur pays.

Boncana Maestro c’est aussi «  las Maravillas du Mali » crée à Cuba en 1967 spécialisé dans la musique Cubaine, il est aussi l’animateur vedette de  la chaîne Française TV5 de l’émission Stars parade où l’occasion est donnée a tous les artistes africains de s’adresser à plus de 46 millions de Téléspectateurs à travers le monde.

Maestro c’est également « AFRICANDO » où il a réussi à rassembler toutes les sonorités de la musique africaine dans un seul et unique orchestre appelé Africando qui continue d’ailleurs à faire ses preuves.

Boncana c’est aussi la décision prise de retourner au pays. Depuis 2005 il est installé au Mali où il a ouvert son bureau appelé « Maestro-Sound  Mali » une maison de production audiovisuelle et discographique au nouveau quartier  ADEKENE.

La dimension sociale de l’artiste musicien, formateur et animateur de télé fait qu’il est apprécié de tout son entourage. Courtois et disponible à tout égard, il fait du travail une vertu sociale par laquelle tout individu est obligé de passer. D’après lui « la viande ne doit sortir de la marmite que lorsqu’elle est cuite »

Connu de toutes les autorités politiques africaines il reste humble et sobre en parole.

Son métier de formateur et de créateur d’emploi lui ont poussé à créer une émission de télé réalité appelée « Tounkagouna » au cours de laquelle les jeunes artistes sont mis en compétition, les meilleurs primés avec à la  clé un emploi décent.

Maestro est marié et père de quatre enfants.

Pour en savoir plus sur ce « monstre sacré »  de la culture africaine nous vous invitons à l’enregistrement de l’émission « Itinéraires» dans l’amphithéâtre de la Bibliothèque Nationale sise à Hamdallaye ACI 2000 ce jour mercredi 05 mars 2009 à partir de 16 heures.

Mise en place terminée 15 h 30 mn.

La diffusion de la présente émission « Itinéraires » est prévue pour le 08 Mars 2009 sur l’ORTM après le journal télévisé du soir.

« La communication au service de la promotion de l’emploi »