LA PROMOTION DE L’AUTO EMPLOI EST UN DES AXES MAJEURS D’INTERVENTION DE L’ANPE.

 

L’Entreprenariat, une altérnative crédible à la promotion de l’emploi   

 

L’ANPE, en tant que service public d’emploi, contribue à la mise en œuvre de la politique Nationale de l’Emploi. Elle est chargé de ‘promouvoir l’auto emploi à travers l’information et l’orientation des futurs employeurs ; de réaliser toutes activités en relation avec les missions qui lui seraient confiées par l’État, les collectivités territoriales ou les établissements publics  et de concevoir et de mettre en œuvre des mécanismes et des actions destinés à assurer la promotion de l’emploi, notamment de l’emploi féminin et de celui des personnes en situation de handicap’.

 

Pour traduire ces missions, l’ANPE a développé des mécanismes de financement et de garantie pour appuyer et accompagner l’entreprenariat des demandeurs d’emploi et des porteurs de projets d’auto emploi.

 

En effet, pour le financement des projets d’entreprise, l’Agence Nationale pour l’emploi procède au financement des projets à l’interne comme à l’externe. Le Manuel de gestion des projets d’entreprise est le document de référence de l’ANPE.

 

Le financement à l’interne des projet concerne les porteurs de projet de tout secteur, excepté le commerce, le transport et les secteurs dits saturés, dont le besoin de financement n’excède pas 5 millions et disposant d’un plan d’affaires soumis à cet effet.

 

Quant au financement externe, il s’agit là d’un partenariat avec les banques et institutions de micro finance qui acceptent le mécanisme de garantie du FARE ou de celui du FGSP.

 

Ainsi, en 2017, les activités de la promotion de l’auto-emploi ont été exécutées à 100%. Ce taux de réalisation s’explique en partie par l’élargissement du réseau de partenariat, notamment avec le FARE, les Institutions de Microfinances et les banques partenaires.

En effet, la promotion de l’auto-emploi s’est traduite par la réalisation des projets intégrateurs ; le développement de l’entreprenariat à travers l’accès au financement ; la poursuite du programme de développement de l’entreprenariat piscicole dans la région de Mopti ; le renouvellement du parc de véhicule du Mali ou l’opération taxi et la réinsertion des migrants de retour.

Au titre de l’année 2017, l’activité de promotion de l’entreprenariat ou l’auto-emploi a généré 1750 emplois contre 1 468 en 2016, soit un taux d’accroissement de 90,10%.

Au cours de l’année 2017, l’ANPE a financé 52 promoteurs de projet auto emploi repartis entre 75% des hommes et 25% des femmes. Ces projets d’entreprise financés ont  408 emplois directs repartis entre le secteur primaire (77%), le secondaire (9%) et le tertiaire (14%).

 

En vue d’apporter leur contribution à la réalisation de l’objectif de création de 200 000 emplois durant le mandat du Président de la République, l’ANPE et le FARE ont mis en place un programme de promotion et de création d’emploi.

 

Selon les dispositions de la convention signée à cet effet, les deux partenaires ont mis en place une ligne de crédit en faveur des AGR et des TPE pour favoriser, d’une part la reprise des activités économiques dans les régions du Nord Mali et d’autre part contribuer à faciliter l’accès des femmes et des groupes vulnérables (personne en situation de handicap et chercheurs d’emploi de longue durée) au prêt bancaire.

 

C’est ainsi que 78 promoteurs de projets ont bénéficié du financement de leur activité soit à travers l’institution de micro finance Tjily Finance, soit à travers la BSIC. Au total 54% des projets financés sont du secteur primaire contre 23% respectivement pour le secondaire et le tertiaire. Rapporté selon le sexe, on s’aperçoit que 55% des projets sont pour les hommes.

 

Par ailleurs, l’ensemble des projets financés par le programme ANPE-FARE a généré au total 1280 emplois directs et 73% des emplois sont créés dans le secteur primaire contre 20% dans le secondaire et 7% dans le tertiaire.

 

Au cours de l’année 2017, l’ANPE a soumis 55 projets d’entreprise au financement des banques partenaires dont 84% pour la BMS-SA, 13% pour la BNDA-SA et 2% pour la BOA et la BSIC. Sur cet ensemble 73% des projets sont pour les hommes contre 27% pour les femmes.

 

La situation des projets financés par les banques partenaires fait état de 8 projets financés sur 55 soumis soit un taux de financement de 15% ;  mieux 95% des projets financés sont soumis à la BMS-SA.

 

Sur l’ensemble des projets financés par les banques, 89% sont pour des hommes contre 11% pour les femmes et 56% des projets sont issus du secteur primaire contre 22% du secondaire et du tertiaire.

 

Par ailleurs, la situation des emplois créés par les projets financés par les banques fait ressortir 62 emplois dont 73% sont du primaire, 20% du secondaire et 7% du tertiaire.

 

La rédaction.

 


OPERATION MOIS DE LA SOLIDARITE 2018

 

Placée sous le signe de l’insertion professionnelle des femmes et des personnes en situation d'handicap :

 

L'ANPE OFFRE 17 TRICYCLES UNE MOTO TAXI ET DES BOURSES DE FORMATION EN COUPE ET COUTURE

    
LES IMAGES DE LA CEREMONIE AVEC LE MINISTRE

 

Le mois d’octobre est décrété au Mali, comme mois de la Solidarité, pour l’année 2017 ; il a été lancé par le Ministre en charge de la Solidarité et de l’Action humanitaire.

 

Dans son message, le Ministre réaffirme que le mois de la solidarité et de lutte contre l’exclusion, dans sa noblesse, nous rappelle l’obligation de traduire en acte concret le principe d’égalité de chance pour toutes les catégories sociales de notre pays.

 

C’est cela, le sens profond de la solidarité : travailler, aider assister, partager  avec l’autre se trouvant dans le besoin, mais aussi cultiver le sens du bien-être mérité. Il s’agit pour tous les fils et filles du pays de crée d’abord la richesse et puis en faire une saine redistribution.

 

Le thème retenu cette année est : « Solidarité, moteur d’un développement durable ». Ce thème est évocateur du fait que la célébration intervient dans un contexte très particulier, le pays étant à la recherche de stratégies idoines pour une implication effective de toutes ses filles et de tous ses fils où qu’ils se trouvent et quelle que soit leur identité dans la mise en œuvre de l’Accord de paix issus du processus d’Alger.

 

C’est dans ce cadre que ce vendredi 10 Novembre 2017 s’est tenue, dans la cour de l’Agence nationale pour l’Emploi (ANPE), la cérémonie de remise de kits mobilités d’insertion professionnelle et des fonds d’appui aux Activités Génératrices de Révenus (AGR). L’évènement était présidé par le ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle, Maouloud Ben KATTRA et le Directeur général de l’ANPE, Ibrahim Ag NOCK.

 

Les invités principaux étaient la présidente de l’Association malienne des personnes de petite taille, Kady Barry et Moctar Bah de la Fédération malienne des associations des personnes handicapées (FEMAPH).

 

Selon le Directeur général de l’ANPE, cette action en faveur des femmes et des personnes vivant dans des situations de handicaps s’inscrit dans le cadre des activités de la 236ème édition du mois de la Solidarité et de lutte contre l’Exclusion au Mali. Elle est l’aboutissement d’une série d’activités menées en lien avec la création et la promotion d’emplois à l’endroit des groupes ciblés.

 

Selon ses indications, les kits comportent 17 motos tricycles, une moto taxi, un fauteuil roulant, la formation. S’y ajoute, l’insertion en saponification d’au moins 220 femmes des associations des régions de Kayes, Mopti, Tombouctou et du district de Bamako et la formation en informatique de 30 membres de l’Association malienne des personnes de petite taille.

 

Il a saisi l’occasion pour remercier l’ONG ALFAROUK qui a offert un million de FCFA pour la prise en charge des boursiers en Coupe et couture. 

 

Aux dires du ministre Maouloud Ben KATRA, la présente cérémonie témoigne de l’attachement de son Département à la Solidarité, vecteur de cohésion sociale et de l’importance que les plus hautes autorités accordent à l’insertion sociale économique des femmes en vue de leur autonomisation. 

A ses dires, le chemin le plus court pour parvenir à cette autonomisation est de créer des conditions d’insertion économique de celles-ci à travers les activités génératrices de revenus. 

 

Ainsi, il a rappelé aux bénéficiaires qu’aucun effort ne sera ménagé pour leur permettre d’avoir accès aux services de placement pour l’emploi salarié et les programmes de formation professionnelle dans le secteur privé et public. « je demeure convaincu que les kits remis porteront Les fruits escomptés », a-t-il indiqué, les représentants des associations bénéficiaires ont marqué leur reconnaissance pour les différents appuis et se sont engagés en retour à en faire bon usage pour leur promotion.

 

Source : La Rédaction