Termes de Référence

 

Programme de renforcement de la gouvernance de la sécurité dans le nord et le centre du Mali

Évaluation

 

  1. Contexte 

 

Période évaluée : novembre 2016 - mars 2020

Dates de l’évaluation : Septembre – Octobre 2020

Titre du programme : Renforcement de la gouvernance de la sécurité dans le nord et le centre du Mali

Zones d'intervention du programme : a) Région de Ségou - Cercles de Niono, Macina et Djabaly; b) Région de Mopti - Cercles de Mopti, Konna, Douentza et Boni; c) Région de Tombouctou - Cercles de Tombouctou, Bourem Inaly, Lafia, Douekire, Doukouria et Alafia

 

International Alert 

International Alert (Alert) est une organisation non gouvernementale internationale de consolidation de la paix qui travaille avec les personnes directement touchées par le conflit pour trouver des solutions pacifiques pour un monde dans lequel les personnes règlent leurs différends sans violence et peuvent bâtir un avenir plus pacifique pour leurs familles et leurs communautés. Alert travaille dans plus de 30 pays et territoires et gère des bureaux dans 18 pays. 

 

Notre mission est de :

  1. Travaillez directement avec les personnes touchées par le conflit violent pour les aider à instaurer la paix. Cela signifie travailler en partenariat avec des groupes locaux et régionaux pour développer une compréhension mutuelle entre ceux qui sont divisés par un conflit et identifier de nouvelles solutions.
  2. Travailler avec les gouvernements, les institutions internationales et les entreprises pour les aider à comprendre l'impact de leurs actions sur les communautés locales et à reconnaître les points de vue des personnes touchées par le conflit.
  3. Renforcer l'expertise, l'impact et la notoriété du secteur de la consolidation de la paix. Cela signifie sensibiliser le public à l’importance de la consolidation de la paix et œuvrer au sein du secteur pour améliorer les moyens à travers lesquels s’attaquer aux causes profondes des conflits violents.

 

Le programme de gouvernance de la sécurité d’Alert dans le nord et le centre du Mali

International Alert travaille dans le nord du Mali depuis 2014 et a étendu ses opérations dans les régions centrales de Mopti et de Ségou en 2016, à la suite de l'exacerbation de conflits préexistants et de la montée de la violence dans ces régions. Depuis novembre 2016, Alert met en œuvre un programme de gouvernance de la sécurité financé par le Programme des Opérations de Paix et de Stabilisation (PSOP) financé par le Canada, qui vise à remédier aux relations de plus en plus fragiles entre citoyens et États, en raison de la corruption institutionnelle chronique et du manque de prise de responsabilité qui ont intensifié les conflits liés à l’accès aux et au contrôle des ressources naturelles.

 

L'initiative soutient la transformation des conflits intra et intercommunautaires et la réduction de la violence aux niveaux du district (cercle) et de la région, en se concentrant sur les dynamiques de conflit spécifiques analysées et documentées par Alert et ses partenaires dans le cadre du projet. Alert facilite la création de forums multipartites, en encourageant le débat sur les principales sources de stratégies et d’actions en matière de violence et d’atténuation de la violence. Les forums créés associent les leaders traditionnels et administratifs, la société civile, avec un focus sur les plus marginalisés, les forces de défense et de sécurité. Le résultat souhaité par cette initiative est qu'Alert aura contribué à la création et au renforcement de capacités de forums États-citoyens représentatifs de groupes inclusifs, coordonnés et responsables, centrés sur la paix et la sécurité humaine dans chaque district cible et dans les capitales régionales de Tombouctou, Mopti et Ségou. Ces forums impliquent des acteurs de paix et de la sécurité au niveau local et des prestataires de services de sécurité nationale, en soutenant la confiance, en améliorant la communication, le dialogue, la coordination et en soutenant la redevabilité des services de sécurité. 

 

Les principaux groupes cibles du programme sont les organisations communautaires ainsi que les membres individuels de la communauté, principalement les leaders (religieux, coutumiers et administratifs) et les groupes marginalisés, y compris les femmes de tous âges et les jeunes hommes. Les représentants des forces de sécurité bénéficient de formations et de la participation aux forums de dialogue et aux autres initiatives de consolidation de la paix.

 

2. Objectifs de l'évaluation

En décembre 2019, la phase II du programme gouvernance de la sécurité a fait l’objet d’une évaluation classique basée sur les critères de l’OCDE et qui cherchait à déterminer les résultats quantitatifs et qualitatifs de l’intervention au cours des deux années et demie de mise en œuvre. La précédente évaluation a analysé l’impact du projet et sa contribution à la transformation des conflits et à la bonne gouvernance en termes de renforcement de confiance, dialogue et responsabilité entre les communautés touchées par le conflit, les forces de sécurité et les autorités locales.

À travers la présente évaluation, International Alert cherche à :

  1. Evaluer les retombées directes des forums régionaux femmes dont la mise en œuvre à commencer à partir de la phase III du programme (Juillet 2019) ;
  2. Evaluer dans quelles mesures les forums mis en place par le programme depuis sa phase initiale sont autonomes tout en mettant l’accent sur les facteurs et les mécanismes ayant conduit à l’autonomisation ou non à travers des études de cas ;
  3. Evaluer à quel degré et avec quels mécanismes les acquis des forums sont restitués au reste de la communauté
  4. Analyser les conflits discuter dans les forums et produire un répertoire de solutions locales 

                 

3. Calendrier et durée de l'évaluation (provisoire)

 

L'évaluation doit être finalisée au 15 octobre 2020.

  

4. Méthodologie d'évaluation

 

L'évaluation sera dirigée par un évaluateur externe afin de garantir l'impartialité du processus. L'évaluation adoptera une approche mixte à la fois quantitative et qualitative basée sur les résultats et utilisera plusieurs outils de collecte de données, notamment un examen du document de projet, une observation directe (si possible), des entretiens avec des informateurs clés et des discussions de groupe. L’évaluation pourrait également utiliser une approche participative pour la conception, la collecte de données et / ou l’analyse, qui tiendrait compte des points de vue des femmes et des hommes.

 

 

Cette évaluation comprendra les étapes suivantes :

  • Phase initiale : le/la consultant/e examinera la documentation du projet et s'entretiendra avec le personnel du programme pour s'assurer qu'il dispose de suffisamment d'informations pour affiner la méthodologie d'évaluation.
  • Développement de la méthodologie : le/la consultant/e élaborera ensuite une méthodologie détaillée, un plan de travail et des outils d'évaluation, qui seront examinés et finalisés avec International Alert. La méthodologie sera incluse dans la soumission d'un rapport initial, avec le mandat final de l'évaluation et les outils de collecte de données.
  • Travail sur le terrain : le travail sur le terrain sera utilisé pour collecter des données, mener des entretiens et des discussions de groupe sur des aspects spécifiques du programme. Le travail de terrain sera principalement effectué dans les zones cibles du programme dans les régions de Ségou, Mopti et Tombouctou au Mali. Des entretiens avec des informateurs clés peuvent également être conduits à Bamako si cela est jugé pertinent. International Alert fournira aux consultants les listes de différents acteurs et partenaires que le consultant pourra choisir et veillera à ce que son personnel l'assiste et l'accompagne tout au long de l'évaluation. L'enquête, les entretiens et / ou les groupes de discussion seront organisés avec : le personnel d'Alert dans le pays, le personnel du siège d'Alert, le conseiller principal d'Alert, les partenaires du projet, les bénéficiaires et les parties prenantes, comme indiqué dans la méthodologie convenue.
  • Analyse des résultats : toutes les données collectées devront faire partie d’une analyse complète. L'analyse doit répondre aux questions de l'évaluation et être orientée de manière à répondre aux objectifs de l'évaluation.
  • Rapport préliminaire : un rapport préliminaire sera soumis à Alert et répondra pleinement aux termes de référence de l'évaluation finale.
  • Rapport final : le rapport final tiendra compte des observations et des commentaires d’Alert au rapport préliminaire

  

5. Produit livrables et calendrier approximative  

 

Tous les produits livrables devront être approuvés par le responsable de l’évaluation d’Alert, qui obtiendra également d’autres approbations internes, le cas échéant. Tous les produits livrables et les données de l'évaluation appartiendront à Alert et pourront être utilisés pour les rapports et les communications internes et externes. Les délais seront convenus avec le consultant et seront fonction de la méthodologie convenue et de la date de début du processus.

 

Le Rapport d'évaluation, en format Word, ne devra pas dépasser 20 pages (à l'exclusion des annexes) et inclura les éléments suivants :

  • Table des matières
  • Résumé exécutif
  • Introduction
  • Liste des acronymes
  • Contexte (description du programme)
  • Objectifs et critères d'évaluation
  • Méthodologie et limites
  • Principaux résultats et analyses, répondant clairement aux questions d’évaluation
  • Conclusions et Recommandations
  • Annexes : trois études de cas dont les thématiques seront à valider avec Alert, termes de référence de l’évaluation, calendrier des réunions, outils d’évaluation utilisés (questionnaire d’enquête, guides de questions, questionnaires d’entretien, grilles d’observation, etc.), liste de documents consultés

 

Le consultant devra budgétiser ses honoraires journaliers, ses indemnités journalières, les honoraires pour les enquêteurs (indispensables, pour de raisons de sécurité, afin d’avoir accès à certaines des zones ciblées), son transport local, ses imprimés, les coûts pour les discussions de groupe et les entretiens avec les informateurs clefs, les coûts de communication et tous les autres coûts jugés nécessaires. L'évaluateur doit présenter une proposition financière ne dépassant pas 15 331 540 CFA pour les catégories de coûts énumérées ci-dessus. Alert ne considérera que les propositions offrant un bon rapport qualité-prix avec un budget détaillé par ligne.

 

 

 

 

6. Résultats de l'évaluation et utilisation et diffusion de l'apprentissage

 

Externe : le rapport complet sera partagé avec le bailleur qui finance le programme ainsi qu'avec les autres parties prenantes. Un résumé du rapport sera publié sur le site Web Alert.

Interne : le responsable de l’évaluation d’Alert facilitera la mise en place d’un processus de prise en compte des recommandations et leçons apprises de la part de la direction, ce qui conduira à un plan d’action assorti de délais et de responsabilités clairement définis pour la mise en œuvre des recommandations.

 

7. Ethique et protection des données

 

Les politiques pertinentes d’International Alert en matière d’achats et de ressources humaines ainsi que le code de conduite de l’organisation seront communiqués aux candidats retenus.

 

8. Compétences et expérience requises 

 

Nous recherchons un/e consultant/e externe ou une entreprise de consultance expérimentés pour mener l’évaluation.

 

Les candidats auront :

  • Expérience dans la conception, la mise en œuvre et l'évaluation d’interventions de consolidation de la paix, idéalement en mettant l'accent sur la gestion et transformation des conflits et la gouvernance de la sécurité
  • Maîtrise de la langue française, parlée et écrite
  • Excellentes compétences en rédaction de rapports
  • Excellentes compétences en communication
  • Expérience et connaissance du Mali et du contexte et dynamiques de conflit dans le nord et le centre du pays

 

9. Processus de candidature

 

 

La proposition comprendra les éléments suivants :

 

  • Une note méthodologique détaillée (maximum 5 pages)
  • Une proposition financière détaillant tous les couts de l’évaluation
  • Le/les CV(s) détaillé(s) du/des consultant (s) (maximum 5 pages par CV)
  • Un ou deux exemples de travaux pertinents antérieurs
  • Un calendrier de travail

 

Les candidatures ne contenant pas tous documents et/ou ne respectant pas les limitations en termes de pages ne seront pas étudiées.