·        

INTERPROFESSION DE LA FILIERE RIZ AU MALI

 

Sise Hamdallaye ACI 2000  Imm. Ibrahima CISSE                                                                                                 Rue 432 Porte 898, Tél:+223 20 29 21 31 / 79 08 9144

Courriel : ifrizmali@gmail.com  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IFRIZ/LuxDev-CDFMO 171723

 

 

TERMES DE REFERENCE

ETABLIR LA SITUATION DE CHAQUE FAMILLE PROFESSIONNEL

(PRODUCTION, COMMERCIALISATION, TRANSFORMATION)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

NOVEMBRE 2018

 

 

 

 

 

 

Contents

  1. Contexte et justification. 2
  2. Objectifs. 3
  3. Résultats attendus. 3
  4. Démarche Méthodologique. 3
  5. Mandat du consultant. 4
  6. Calendrier Indicatif. 4
  7. Profil du Consultant et Expertises demandées. 4
  8. Proposition de soumission de dossier de réponse à l’appel d’offres. 5

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1.    Contexte et justification

 

La Coopération Luxembourgeoise a convenu avec le Gouvernement du Mali d’un programme indicatif de coopération (PIC III) de 55 millions d’euros dont 33 millions pour sa partie bilatérale dans la zone de concentration sud mise en œuvre par LuxDev. Ce programme est composé de trois programmes sectoriels :

  • MLI/021 : Développement rural et Sécurité alimentaire
  • MLI/022 : Formation et Insertion professionnelle
  • MLI/023 : Décentralisation et bonne Gouvernance

Le PIC III a pour objectif principal de contribuer à la réduction de la pauvreté et au développement durable au Mali. Cet objectif est commun à l'ensemble des trois composantes.

Le Document Technique et Financier (DTF) du MLI/021 a défini quatre principaux résultats (R) que sont :

R1 : Les filières émergentes du sésame et du fonio sont développées ;

R2 : La sécurité alimentaire bénéficie d’une filière rizicole renforcée ;

R3 : Les filières et les zones appuyées sont mieux adaptées au changement climatique ;

R4 : Le cadre d'investissement et de travail du tissu entrepreneurial agricole est amélioré.

 

Le programme intervient dans les Cercles de Ségou, San, Tominian, Bla, Baraouéli (région de Ségou) et Yorosso (région de Sikasso).

La cible des bénéficiaires directs est constituée de 210 Organisations de producteurs (OP) sélectionnées de producteurs de riz (100), sésame (60) et fonio (50), parmi lesquelles les OP travaillant sur les aménagements hydro agricoles et une centaine de micro et petites entreprises (MPE) transformatrices sur les filières riz (50) et fonio (50) et 20 OP productrices/transformatrices du fonio.

Autour de ces cibles principales, le programme associe d’autres acteurs des filières : les Organisations de la Société Civile (OSC) de conseil, et tous les dispositifs de pilotage, d’appui et de contrôle des services de l’Etat qu’ils soient décentralisés ou déconcentrés.

 

La filière riz est certes économiquement performante dans le contexte malien, mais plusieurs contraintes empêchent le développement de tout son potentiel, afin qu’elle soit définitivement un moteur pour une croissance économique inclusive et pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle. 

Pour contribuer à améliorer les performances de la filière, l’interprofession de la filière riz du Mali a été mise en place en mars 2016. Elle regroupe 4 familles professionnelles suivantes : (i) les producteurs, (ii) les transformateurs, (iii) les commerçants et (iv) les transporteurs. L’IFRIZ a pour mission principale d’assurer la coordination verticale de la filière riz en vue d’instaurer la confiance entre les différents acteurs de la chaîne dans les transactions commerciales et financières. 

Pour le moment, l’IFRIZ n’est pas pleinement opérationnelle car elle demeure encore très fragile à la base. Pourtant, elle devra dans un court et moyen terme asseoir une vision partagée, définir des priorités de l’organisation et construire avec ses membres, des positions harmonisées sur certains enjeux de la filière riz, défendre les intérêts de ses membres auprès de pouvoirs publics. La mise en place récente d’un cadre formel de dialogue entre l’interprofession et l’État est une opportunité pour balayer certaines contraintes majeures qui se posent à la filière. Aussi, ce cadre de dialogue est d’autant plus utile que certaines actions ne peuvent se mettre en place sans une forte implication des pouvoirs publics. On peut citer à titre d’exemple la question de renforcement du fonctionnement organisationnel et institutionnel des membres au niveau régional et local pour rendre l’Interprofession plus opérationnelle. On peut citer des dimensions de relation d’affaire entre les membres  pour l’autofinancement à partir des prélèvements sur les produits de la filière qui méritent une discussion entre les acteurs au sein de l’Interprofession ainsi qu'un dialogue avec l’Etat.  

 

Pour relever ce défi, l’IFRIZ a signé avec LuxDev une Convention de Délégation de Fonds  et de Mise en Œuvre (CDFMO) suivant l’Accord n°ML/021 PL373. La CDFMO. Une partie de cette convention vient en appuyer pour financer cette présente consultation dans le cadre de la mise en œuvre d’un projet intitulée : « Projet de Renforcement de Capacités Opérationnelles de l’IFRIZ dans les zones d’Intervention des Cercles de Baraouéli, Ségou, Bla, San Tominian et Yorosso » entre l’IFRIZ et LuxDev.

 

 

2.    Objectifs

 

L’objectif principal est d’appuyer l’IFRIZ à établir un diagnostic du fonctionnement organisationnel et managérial des familles membres de l’IFRIZ au niveau régional en vue d’évaluer leur capacité à initier, gérer et conduire les activités en parfaite synergie dans le cadre des accords interprofessionnels en lien avec le rôle et responsabilité de chaque famille, notamment sur la production, commercialisation et transformation du riz dans les zones d’intervention du projet.

Pour ce, faire, le diagnostic pourra être orienté autour des dimensions spécifiques axées sur :

  • Une analyse du mode d’organisation et de fonctionnement des familles professionnelles membres de l’interprofession Riz en terme de qualité de la vie interprofessionnelle; les formes de dialogue en vigueur entre la base et le sommet au niveau local, régional et national pour chaque famille ;
  • Faire ressortir les points d’ancrage ou de convergence des liens opérationnels et relationnels entre les familles professionnelles membres dans la chaîne de valeur riz : ceci aurait pour objectif de circonscrire les freins/blocages à la fluidité des relations d’échanges commerciaux entre les différents groupes d’opérateurs au niveau régional;
  • Analyse de la production, de la transformation et de la commercialisation du riz dans la zone d’intervention les 3 dernières années ;
  • Analyse du potentiel cartographique des zones d’intervention pour une organisation des concertations entre les acteurs de la chaine de valeur que sont les familles professionnelles, gage d’une émergence de liens d’affaire inclusive.
  • Dresser à partir des analyses précédentes suivant la méthode SWOT, les points forts, les points faibles, les opportunités et les menaces de chacune des familles membres, et ce au regard de leurs missions respectives ;
  • Etablir sur la base du diagnostic, des propositions sur la structuration, le fonctionnement organisationnel, le développement des capacités opérationnelles (techniques, matérielles et financières) des familles membres. Cette étape mettre en évidence les sujets ou centres d’intérêts communs (ou enjeux) sur lesquels les familles membres pourront agir de manière prioritaire. Chacune des propositions sera chiffrée et assortie d’une précision sur son/ses objectif(s) et résultats attendus. Les propositions du consultant seront présentées dans un plan d’action pluriannuel d’une durée indicative de 12 24 mois avec une liste des priorités ;
  • Proposer un cadre logique du plan d’action de renforcement des capacités de l’interprofession

 

3.    Résultats attendus

 

Un rapport diagnostic est produit prenant en compte l’ensemble des analyses prévues ainsi que le plan de renforcement de chaque famille professionnelle (production, transformation, commercialisation). Aussi, des recommandations générales et spécifiques de chaque famille professionnelle.

 

4.    Démarche Méthodologique

 

Le choix de la démarche méthodologique de l’étude est laissé à l’initiative du consultant et sera décrite en détail dans son offre. Par contre, l’IFRIZ souhaite qu’une démarche participative soit le pilier de la réalisation de cette étude. Elle comprendra, à titre indicatif, au moins les points suivants :

  • une consultation des principales parties prenantes. A ce titre, il sera nécessaire de s’entretenir avec les différentes familles professionnelles dans les régions de Ségou, de Sikasso ainsi qu’auprès des partenaires institutionnels à Bamako et à Ségou.
  • les méthodes et outils de collectes et de vérification des informations ;
  • une restitution de l’étude se fera à Ségou lors d’un atelier.

 

Toutefois, le consultant doit prévoir dans ses démarches méthodologie une rencontre de cadrage qui permettra d’étayer davantage les compréhensions du point de vue des dimensions de l’étude.   Cette rencontre est pertinente en vue d’aboutir à une conclusion partagée des parties prenantes dans l’intérêt général des objectifs à atteindre à tous les niveaux.

 

5.    Mandat du consultant

 

Pour mener cette étude à bon port, les tâches assignées au consultant sont les suivantes :

  • Collecte des données (outils de collecte, acteurs, …) ;
  • Analyse des données (méthodes, outils, acteurs) ;
  • Interprétation des informations (résultats des analyses) – Méthodes, acteurs
  • Utilisation des résultats des interprétations (acteurs, finalités).
  • Restituer les résultats de l’étude lors d’un atelier qui sera organisé par l’IFRIZ et son partenaire LuxDev.

 

  • Livrables

Le consultant produit dans un premier temps un rapport provisoire, lequel doit contenir les éléments ci-après :

  • Diagnostic organisationnel ;
  • Plan de renforcement de chaque famille professionnelle (productrice, commerçante et transformatrice) ;
  • Recommandations générales ;
  • Recommandations spécifiques par famille professionnelle (productrice, commerçante et transformatrice) ;

Le rapport provisoire sera présenté lors  d’un atelier de restitution/validation pour permettre des apports des parties prenantes5

La version provisoire du rapport amendé en version finale dans un deuxième temps, sera envoyée) à l’IFRIZ.

L’envoi du rapport se fera en copie dure (3 exemplaires) et en copie électronique.

 

6.    Calendrier Indicatif

Le processus s’étendra sur 50 jours  à partir de la date de signature du contrat de prestation. L’établissement de la situation de référence de chaque famille professionnelle (production, commercialisation, transformation) ; assorti un plan de renforcement de chacune d’elles, doivent être réalisées pendant cette période. Le plan de renforcement de chaque famille doit être concis et disponible.

Une proposition précise de calendrier sera proposée par le prestataire dans son offre technique.  

 

7.    Profil du Consultant et Expertises demandées

 

L’appui sera réalisé par un consultant, un bureau d’étude (dont l’un sera alors chef de mission, les offres préciseront lequel si bureau d’étude). Le consultant peut être un agronome, un agroéconomiste, un sociologue, un spécialiste en suivi-évaluation et toute autre diplôme équivalent en la matière avec les compétences suivantes :

  • Expertise et expérience avérées en termes de renforcement des capacités des organisations faîtières des filières agricoles dont au moins trois ans d’expériences professionnelles spécifiques dans le renforcement des capacités des organisations faîtières des filières agricoles;
  • Expériences professionnelles ayant des liens avec les filières agricoles au Mali sera un avantage;
  • Expérience de l’accompagnement d’organisations (dimension pédagogique, formation et écoute des attentes/contraintes des parties prenantes) ;
  • Expériences avérées en matière d’étude similaire au niveau national, régional et international ;
  • Bonne connaissance des problématiques de développement agricole et d’agriculture familiale ;
  • Expériences avérées en diagnostic des capacités des interprofessions agricoles assorties de l’élaboration de stratégies pour le développement des capacités de ces interprofessions;
  • Expertise en matière de capacités à communiquer en langue française ;
  • La connaissance des OP maliennes sera un plus.

 

8.    Proposition de soumission de dossier de réponse à l’appel d’offres

 

En tenant en compte des TDR, le consultant devra soumettre un dossier comprenant:

  • une proposition technique comprenant une méthodologie et un plan de travail ;
  • une proposition financière;
  • un CV du consultant décrivant les expériences en lien avec la présente étude;
  • Si bureau d’étude, une note de présentation du bureau et expérience dans la réalisation d’activités similaires, constitution de l’équipe;
  • Le numéro d’identification fiscal (NIF).

 Cette soumission devra être reçue au plus tard le 28 novembre 2018. La proposition devra contenir les éléments suivants :

Les offres doivent être transmises aux adresses suivantes en copie papier et en format électronique (obligatoire):

  • IFRIZ-M (Interprofession de la Filière Riz au Mali)

Rue : 432; Porte : 898 ; Tél : 20 29 21 31/79 08 91 44. Courriel : ifrizmali@gmail.com