AVIS DE RECRUTEMENT D’UN CONSULTANT OU BUREAU D’ETUDE POUR L’EVALUATION DE LA CAMPAGNE DE COMMUNICATION JIGISIGI POUR LA PROMOTION DE LA SANTE MATERNELLE ET NEONATALE AU MALI

 

mars 2019

I.                    CONTEXTE ET JUSTIFICATION

La mortalité maternelle, néonatale et infantile demeure élevée au Mali. Selon les résultats de la cinquième enquête démographique et de Santé (EDSM 2012-2013) le taux de mortalité maternelle est de 368 pour 100 000 naissances vivantes. Quant à la mortalité néonatale, le taux s’élève à 34‰. Parmi les causes de cette forte mortalité des femmes et des nouveau-nés, la faible utilisation des services et produits de santé en est une fondamentale. Il s’agit de la faible utilisation des services de consultation prénatale, d’accouchement, de consultation post-natale et de planification familiale. Ces services sont essentiels pour la santé des femmes enceintes et des nouveau-nés. En effet, les CPN constituent l’entrée à la santé maternelle et néonatale. Elles donnent l’opportunité d’identifier et de gérer des complications obstétricales potentielles comme la pré éclampsie, de bénéficier de la vaccination contre le tétanos, de prévenir le paludisme pendant la grossesse avec le traitement préventif intermittent (TPI) pour les femmes enceintes par la sulfadoxine-pyriméthamine (SP), de la prévention contre l’anémie et d’identifier des infections sexuellement transmissibles telles que le VIH. La CPN est aussi une opportunité pour promouvoir l’utilisation des services de santé (disposant du personnel qualifié) lors de l'accouchement, et de promouvoir des comportements sains comme l’allaitement maternel exclusif, les soins post natals et la planification familiale. Cependant, seuls 41% des femmes enceintes ont effectué les 4 consultations prénatales (CPN) recommandées ; 25% n’ont jamais reçu des soins prénatals et 34% des femmes ont réalisé leur première CPN au cours du premier trimestre de la grossesse (EDSM V Mali, 2012- 2013).

Par ailleurs, la recherche qualitative du projet USAID | Keneya Jemu Kan (KJK) conduite en 2016 a montré qu’il existe plusieurs facteurs socio-culturels, économiques et structurels qui limitent l’utilisation des services de santé maternelle, néonatale et infantile. Le faible soutien social de la femme a un grand impact sur l’adoption de comportements sain. Cela se traduit par la redevabilité de la femme envers son mari et sa belle-mère ; la faible communication au sein du couple et la faible implication des hommes. Une cause sous-jacente de ces barrières est l’insuffisance des moyens financiers et l’absence des soins de santé SMNI dans les priorités de dépense de la famille, qui est évident dans le retard dans la prise de décision ; la dépendance économique de la femme, et le manque d’accès aux informations et aux services. A ceux-ci s’ajoutent la qualité de l’offre des services SMNI incluant le plateau technique et le comportement des prestataires (mauvais accueil, sermons, remontrances etc.). En vue de contribuer à l’amélioration de la santé reproductive/planification familiale, santé maternelle, néonatale et infantile, le projet KJK a mis en place en 2016 une plateforme de communication appelée «Jigisigi» (espoir). La campagne plateforme Jigisigi se fonde sur les attributs locaux positifs en faveur de la santé des populations et décourage les pratiques, croyances et comportements néfastes à cette santé. Elle se présente comme une série de phases thématiques liées à la santé des familles maliennes, la planification familiale (jigisigi planification familiale), la santé maternelle et néo-natale (jigisigi santé maternelle et néonatale) et finalement la santé infanto-juvénile (jigisigi santé infanto-juvénile).

 

Cette campagne plateforme Jigisigi s’appuie sur le changement social et de comportement, et la prestation de services et de produits de santé à grand impact. Ces deux piliers sont liés et soutenus par une coordination étroite, l’utilisation optimale de technologies de communication (TIC) et une solide attention aux questions de genre. Jigisigi a comme élément central la famille. La première phase de jigisigi a porté sur la planification familiale et a eu lieu en 2016. D’Octobre 2018 à février 2019 a été mise en œuvre la deuxième phase de cette campagne qui est axée sur la santé maternelle et néonatale.

  1. DESCRIPTION DE LA CAMPAGNE JIGISIGI SANTE MATERNELLE ET NEONATALE

2.1 Vision

D’ici 2030, les femmes en âge de procréer, soutenues et accompagnées par leurs maris, feront leur première CPN dès le premier trimestre de la grossesse, et bénéficieront d’au moins 4 CPN, d’un accouchement assisté dans une formation sanitaire et de CPON de qualité.

  • Objectifs de la campagne 

Objectif général :

D’ici décembre 2019, la campagne de communication jigisigi santé maternelle et néonatale aidera à atteindre les objectifs d’amélioration des connaissances, attitudes et comportements tels que décrits dans le chapitre qui suit.

Objectifs spécifiques

La campagne aiderait à atteindre en 2019 les résultats clés du projet comme suit :

  • Augmenter d’au moins 15% la proportion des populations qui connaissent les signes de danger (pendant la grossesse, l’accouchement et dans le post-partum)
  • Augmenter d’au moins 15% la proportion des populations qui connaissent les services de CPN (précoce et effective, TPI à la SP)
  • Augmenter d’au moins 15% la proportion des populations qui connaissent les services de CPON précoce
  • Augmenter d’au moins 7% le pourcentage de maris qui ont l’intention d’accompagner leurs épouses aux services de santé maternelle (CPN, accouchement et CPON)
  • Augmenter d’au moins 7% le pourcentage de belle-mères qui ont l’intention d’accompagner leurs belle-filles aux services de santé maternelle (CPN, accouchement et CPON)
  • Augmenter d’au moins 5% la proportion de couples qui discutent de santé maternelle (CPN, accouchement et CPON) ;
  • Augmenter d’au moins 5% la proportion de belle-mère qui discutent de santé maternelle (CPN, accouchement et CPON) avec leurs belle-filles ;
  • Augmenter d’au moins 5% la proportion de femmes qui sont accompagnées aux services de santé maternelle (CPN, accouchement et CPON) par leurs maris
  • Augmenter d’au moins 5% la proportion de femmes qui sont accompagnées aux services de santé maternelle (CPN, accouchement et CPON) par leurs belle-mères.

 

 

 

2.3 Approche 

La campagne a utilisé une approche « transmedia » pour intégrer la plupart des activités en utilisant les mêmes personnages et la marque de la campagne Jigisigi PF. La Campagne Jigisigi Santé Maternelle et Néonatale (J-SMN) est la suite logique de Jigisigi PF, ainsi la femme en âge de procréer est restée la cible primaire de la campagne et les cibles secondaires sont toujours : le mari, la belle-mère/grand-mère, les jeunes mariées, les prestataires et les leaders communautaires (y compris les religieux). Elle a alors utilisé les mass-média, les réseaux sociaux et la communication interpersonnelle.

III.                OBJECTIFS DE L’EVALUATION

L’objectif général est d’évaluer le processus de mise en œuvre de la campagne en vue de documenter les leçons apprises pour améliorer la qualité des futures campagnes.

Les objectifs spécifiques sont:

  • Evaluer le niveau d’exécution du plan d’action et du budget de la campagne de communication;
  • Analyser le niveau d’implication et la satisfaction des acteurs et des partenaires;
  • Analyser la compréhension des messages;
  • Evaluer l’acceptabilité des messages;
  • Documenter les perceptions sur la qualité des matériels et des canaux utilisés;
  • Analyser les attitudes des populations en rapport avec la santé maternelle et néonatale ;
  • Documenter les forces et faiblesses dans la mise en œuvre de la campagne et les recommandations  pour améliorer les futures campagnes.

IV.          RESULTATS ATTENDUS

Il est attendu du consultant, un rapport final décrivant le processus et les changements induits dans les connaissances, attitudes et pratiques des communautés bénéficiaires et dans l’utilisation des services de santé maternelle.

 

V.                 METHODOLOGIE

  •  Lieux d’étude: L’évaluation sera conduite dans 3 districts dans les régions de Kayes, Sikasso et le district de Bamako avec 1 district par région. Dans chaque district le chef-lieu du district et 1 aire de santé seront choisis, ce qui correspondra à 6 sites (2 sites par région).
  •  Population d’étude: Les cibles de la présente évaluation sont:
  • Les communautés impliquées à la prise de décision et/ou à l’utilisation des services de santé maternelle et néonatale comme les femmes enceintes, les mères d’enfants de moins de 2 ans/gardiennes d’enfants, les grands-mères, les leaders hommes, les agents de santé communautaires, les associations de santé communautaire, les relais communautaires et les accoucheuses traditionnelles. Elles seront recrutées pour participer aux discussions de groupe et aux entretiens individuels. Il s’agira de recueillir leurs perceptions sur la compréhension/qualité des messages, des canaux et supports de communication, les forces et faiblesses de la campagne et les recommandations pour une future quelconque campagne.
  • Les prestataires de santé comme les médecins-chefs, les sages-femmes, les infirmières obstétriciennes, les matrones et les directeurs techniques des centres de santé seront interviewés individuellement pour recueillir leurs opinions sur leur niveau d’implication et de satisfaction par rapport à la campagne de communication, les facteurs ayant favorisé ou rendu difficile la campagne, la qualité des supports/messages et des canaux utilisés, les forces, les faiblesses ainsi que les recommandations.
  • Les services techniques de l’Etat et les organisations de la société civile : Il s’agira des directions régionales de la santé, de la promotion féminine et du développement social, du CNIECS en plus des ONG internationales et nationales qui opèrent sur le terrain. Nous procéderons à la collecte des perceptions de cette catégorie de personnes sur le déroulement et la qualité de la campagne, leur implication, les forces/faiblesses et les recommandations.
  • Les animateurs radio: Compte tenu de leur implication à la diffusion des messages, il est important de comprendre leurs perceptions sur ce qu’a été et devrait être la campagne de communication afin de disposer des informations permettant d’améliorer la communication pour les prochaines fois.
    •  Echantillonnage

Un échantillonnage raisonné guidera le choix des participants et des participantes. Dans les trois chefs-lieux de district et les aires de santé, les données seront collectées auprès des agents de santé, des communautés et autres parties prenantes impliquées à l’organisation et la mise en œuvre de la campagne de communication. Ces acteurs seront interrogés individuellement ou en groupe de 6-8 participants. En plus de ces localités, les acteurs régionaux seront également interrogés. Il s’agit du secteur du PRODESS comprenant les directions régionales de la santé, du développement social et de la promotion de la femme, de l’enfant et de la famille. Au total, 24 focus group et 84 entretiens individuels seront réalisés avec environ 276 personnes qui participeront à l’évaluation. Ci-dessous est présenté le détail de l’échantillon:

Au niveau des chef-lieux de district et des aires de santé

Focus group

  • Femmes: femmes enceintes, mères/gardiennes d’enfants de moins de deux, grands-mères (leaders femmes): 3 focus group soit un total de 18 focus group ;
  • Hommes : chefs de famille: 1 focus group soit un total de 6 focus group.

Total focus group : 18

 

Entretiens individuels

  • Femmes: femmes enceintes, mères/gardiennes d’enfants de moins de deux, grands-mères (leaders femmes) 3 entretiens individuels par site soit un total de 18 entretiens individuels.
  • Hommes : chefs de famille: 1 entretien individuel par site soit un total de 6 entretiens individuels.
  • Directeur technique du centre/ Médecin-chef du district : 1 entretien individuel par site soit 6 entretiens individuels au total
  • Sage-femme/Infirmière Obstétricienne/Matrone : 1 entretien individuel par site soit 6 entretiens individuels au total
  • Les agents communautaires (relais, accoucheuses traditionnelles et agents de santé communautaire, ASACO): 3 entretiens individuels par site au total 18 entretiens individuels
  • Responsable du service du développement social : 1 entretien individuel par site soit 6 entretiens individuels au total
  • Responsable de la promotion de la femme : 1 entretien individuel par site avec un total 6 entretiens individuels
  • Animateurs radio : 1 entretien individuel par site avec un total 6 entretiens individuels

 

Total entretiens individuels : 72

 

Au niveau des chef-lieux de région

Point focal KJK : 1 entretien individuel avec un total de 3 entretiens individuels

Point focal santé maternelle : 1 entretien individuel avec un total de 3 entretiens individuels

Représentant DRDSES : 1 entretien individuel avec un total de 3 entretiens individuels

Représentant DRPFEF : 1 entretien individuel avec un total de 3 entretiens individuels

 

Total entretiens individuels : 12

 

Le tableau ci-dessous présente l’échantillonnage de l’évaluation

 

POPULATIONS

DISCUSSIONS DE GROUPE (8-10 PARTICIPANTS)

ENTRETIENS INDIVIDUELS

TOTAL PARTICIPANTS

Femmes enceintes

6

6

48

Mères d’enfants de moins de 2 ans/gardiennes d’enfants

6

6

48

Grand-mères/leaders femmes

6

6

48

Leaders hommes

6

6

48

Relais communautaires

 

6

6

Agents de santé communautaire

 

6

6

Accoucheuses traditionnelles

 

6

6

Agents de santé

 

12

12         

Service du développement social

 

6

6

Service de la promotion de la femme

 

6

6

Animateurs radio

 

6

6

Point focal

 

6

6

ONG

 

6

6

Total participants

24

84

276

 

  •  Technique de collecte des données:

Trois méthodes de collecte seront utilisées.

  • Revue de la littérature :

Les documents utilisés pour planifier et mettre en œuvre la campagne seront recueillis et examinés. Parmi ces documents, figurent le plan d'action de la campagne, les rapports des activités et des événements organisés. Le nombre de supports imprimés et distribués entre autres, les plans médias et les rapports de diffusion des messages par les radios seront des documents à considérer.

  • Groupes de discussion avec les leaders communautaires hommes et femmes, les femmes enceintes, les mères et       gardiennes d’enfants de moins de 2 ans ainsi que les grand-mères:

Les discussions de groupe seront essentiellement animées autour des supports/matériels et messages produits/diffusés lors de la campagne de communication. A ce titre, nous présenterons la serie « Zelia, femme de cœur ». Cette technique permettra de connaître l’exposition des participants à la campagne et leur niveau de compréhension sur les messages véhiculés, sur les canaux de communication utilisés ainsi que leurs perceptions sur la qualité de la campagne. Les discussions dureront au maximum 2h00 de temps.

  • Entretiens individuels:

Les cibles seront les animateurs radios, les prestataires de santé et les autres partenaires ayant été impliqués à la campagne. L’objet de ces entretiens est de comprendre le niveau d’implication de ces acteurs à la planification, à la mise en œuvre et au suivi de la campagne. Ces entretiens permettront également d’apprécier les perceptions de ces cibles sur la qualité de la campagne. Dans chaque district, le CSREF et un CSCOM seront choisis. Dans chacune de ces structures, une sage-femme ou infirmière obstétricienne ou matrone sera interviewée en plus du chef de poste médical. Nous vérifierons aussi la disponibilité des supports imprimés.

  •  Saisie et transcription des entretiens

Les données enregistrées seront transcrites sur Word de Microsoft.

4.8 Analyse des données et rédaction du rapport

L’analyse du contenu des entretiens sera la méthode utilisée. Les données analysées serviront de base pour l’élaboration du rapport. Le rapport provisoire suivra un plan convenu entre KJK et l’équipe de consultation. Il sera soumis à KJK et partenaires pour leur feedback. Le rapport provisoire sera restitué et finalisé en intégrant les observations de KJK et partenaires.

 

VI.          MISSION & TACHES ESSENTIELLES DU CONSULTANT/ BUREAU D’ETUDE

Le consultant/ bureau d’étude sera responsable entre autres de :

  • Finaliser les termes de référence (échantillonnage avec les zones précises, guides d’entretien et méthodologie détaillée) ;
  • Recruter et former les assistants de recherche/agents de collecte des données ;
  • Assurer la collecte et la saisie/transcription des données ;
  • Analyser les données;
  • Elaborer le rapport provisoire ;
  • Restituer les résultats préliminaires à l’équipe du projet KJK ;
  • Finaliser le rapport en intégrant les observations et suggestions émises lors de la restitution ;
  • Soumettre le rapport finalisé à l’équipe de KJK.

VII.        DUREE DE LA MISSION

La durée de l’évaluation s’étend du 01 Avril au 11 Mai 2019. Le chronogramme d’activités détaillé en annexe.

VIII.      LES CRITERES DE SELECTION DU CONSULTANT/ BUREAU D’ETUDE

La mission sera conduite par un consultant/bureau d’étude ayant de l’expérience dans la conduite des études quantitative et qualitative. Le consultant principal doit avoir un diplôme universitaire avancé en sciences sociales, communication ou santé publique.

Le tableau ci-dessous précise les critères d’évaluation des offres techniques.

Critères

Scores Maxi

Compréhension des Termes de référence

5

Approche méthodologique

5

Expérience dans les études de marché

5

Qualité des ressources humaines conformément aux TDR.

5

Budget

5

TOTAL

25

 

 

  1. CONTACTS AU SEIN DU PROJET KJK

Pour toutes questions relatives à l’étude, les consultants/ cabinets d’étude sont priés de s’adresser à : Dr Aoua KONARE, Conseillère technique suivi/évaluation/recherche ; Projet USAID | Keneya Jemu Kan, email : akonare@projetkjk.org; tel bureau : 20 71 93 93 avant le 20 Mars 2019.

  1. DOCUMENTS A SOUMETTRE ET ECHEANCES

Le dossier de soumission doit inclure :

  • Une lettre de couverture
  • Une proposition technique comprenant : détails de la méthodologie et calendrier proposés (avec dates de début et de fin), liste et CV du personnel clé ;
  • Une offre financière détaillée.

Les soumissionnaires intéressés à cet avis devront soumettre leurs offres à l’adresse email : recrutement@projetkjk.org au plus tard le lundi 25 Mars 2019 à 17h : 00 GMT. Délai de rigueur.

 

Le projet se réserve le droit de ne consulter que les offres soumises dans le délai.