Association pour le Développement et l’Appui aux Communautés (ADAC)

Rue : 433 – Porte : 802 -  Kalaban-Coura Sud Extension- Bamako

BP : 2783 - Tél: (00223) 20 28 05 21 - Fax : (00223) 20 28 57 71

E-mail : adac@afribone.net.ml - Site web: http://www.ongadac.org

 

 

TERMES DE REFERENCE

EVALUATION EXTERNE FINALE DU PROJET RENFORCEMENT DE LA RESILIENCE DES POPULATIONS VULNERABLES AUX  EFFETS  DU CHANGEMENT CLIMATIQUE DANS LE CERCLE DE KADIOLO EXTENSION (A –MLI- 2019 – 0036)

 

 

 

Bamako, Juin 2021

I. CONTEXTE, OBJECTIFS ET INDIATEURS DU PROGRAMME

I. 1. CONTEXTE DU PROGRAMME :

Le Cercle de Kadiolo est situé dans la Région de Sikasso, à l’extrême sud de la République du Mali, il fait frontière avec :

  • le Burkina Faso à l’Est,
  • la République de Côte d’Ivoire au Sud et à l’Ouest,
  • Le cercle de Sikasso au Nord,
  • le cercle de Kolondiéba au nord- ouest.

Il est constitué  de neuf (9) communes (Diou, Dioumaténé, Fourou, Kadiolo, Kaï, Loulouni, Misséni, Nimbougou et Zégoua.) composées de 121 villages. Sa superficie totale est de 6 640   Km² avec une population de  334 608 habitants en 2019 dont 172 446 hommes et 162 162 femmes : Source: SLPSIAP-Kadiolo/Projection DNP. Plusieurs ethnies vivent en symbiose dans le cercle de Kadiolo. Ainsi on retrouve les Sénoufos qui sont de loin les plus nombreux, les Tagouas, les Peuhls, les Bobos, les Samogos. La zone du projet se situe dans l’isohyète 1200 mm. Elle se caractérise par l’abondance de la pluviométrie par rapport au reste du pays.

La principale activité économique est l'agriculture et l’élevage. Les productions agricoles portent sur les céréales (mil, maïs, sorgho, etc.), les oléagineux (pourghère, arachide, sésame etc.) et les cultures exclusivement réservées à la vente (coton, sésame grain propre avec le Projet). En plus de l'agriculture, les activités minières sont très nombreuses dans la localité.

Au Mali, l’exposition aux chocs climatiques (sécheresse, inondation, insectes ravageurs  etc) affecte les moyens de production et la production agricole, pastorale, sylvicole et halieutique et entraine des crises importantes caractérisées par l’insécurité alimentaire et la malnutrition. Ainsi le changement climatique a fait que le niveau de la pauvreté est élevé. La région de Sikasso où se trouve le Cercle de Kadiolo est la plus pauvre monétairement (65,8%) contre un taux national de pauvreté de 47,1% (source INSTAT- EMOP, Cadre Stratégique pour la Relance Economique et le Développement Durable 2016-2018 (CREDD)). Selon cette même source il est de 49,30% en milieu urbain contre 54,50% en milieu rural. Les femmes et les enfants sont les plus touchés.

Ces populations ont difficilement accès aux services sociaux de base (alimentation, santé, éducation). Cette pauvreté a été renforcée par les effets néfastes du changement climatique.

Cette situation de vulnérabilité des populations a motivé l’intervention de ADAC et Pain Pour Le Monde / Service Protestant de Développement depuis Janvier 1997 dans la Région de Sikasso. Au cours de ce partenariat, ils ont exécuté ensemble plusieurs programmes dans les Cercles de Kolondièba et Kadiolo.

Le présent programme à évaluer, intitulé: « Renforcement de la Résilience des populations vulnérables aux  effets  du changement Climatique dans le Cercle de Kadiolo Extension»  Projet N° (A –MLI- 2019 – 0036), est la suite d’un autre projet mis en œuvre de Janvier 2016 à Décembre 2018 dont certaines recommandations pertinentes sont ci-dessous.

Production de maïs pour la sécurité alimentaire :

"Impliquer les femmes leaders dans la recherche de solutions aux problèmes d’accès des petits producteurs/trices aux intrants agricoles" ;

"Susciter la création d’un observatoire local des personnes vulnérables"

Chaine de valeur sésame pour la génération de revenus :

" Dynamiser la gouvernance coopérative" ;

"Renforcer les capacités institutionnelles et techniques de la Coopérative de sésame".

Lutte contre le VIH/SIDA :

"Soutenir l’association SEWA des PV- VIH";

"Consolider les liens avec les structures et services techniques de santé pour la mutation du CCDV en Centre de Prise en Charge des PV- VIH"

"Poursuivre la stratégie avancée en matière de dépistage volontaire"

ADAC a réalisé en Mars 2018 une étude d‘Evaluation de la Vulnérabilité des Communautés (EVC) dans de nouveaux villages du Cercle de Kadiolo. Cette étude a révélé que la production moyenne de chacune des spéculations céréalières est relativement faible quand on voit le nombre de personnes à nourrir dans chaque ménage (15  personnes par ménage). Cette faible production peut s’expliquer en grande partie par la pauvreté des terres, la mauvaise répartition de la pluviométrie et la forte variabilité de cette pluviométrie d'une année à une autre, le niveau d'équipement faible des producteurs (surtout les femmes) et la faible maîtrise des techniques culturales. Selon les personnes enquêtées, le rendement moyen est de 0,950 tonne/ha pour le maïs. Dans la majorité des ménages, les productions vivrières sont inférieures aux besoins alimentaires si nous savons qu’il faut 250 kg de céréales sèches/personne/an.

Le rendement moyen à l’hectare des céréales cultivées dans la localité selon le Service Local de l’Agriculture (SLA) de Kadiolo est au-dessus des productions dans les villages de l’étude. Le rendement moyen est 2,5 tonnes/ha pour le maïs, 0,8 tonne /ha pour le mil, 0,9 tonne /ha pour le sorgho, 2,5 tonnes /ha pour riz de bas fond.

Pour corriger les insuffisances liées à la chaine de valeur, les Evaluations Interne et Externe de 2017 et l’Etude d’Avril 2018 recommandaient :

  • Etendre la chaine de valeur sésame à d’autres Communes et villages du Cercle de Kadiolo ;
  • Renforcer les capacités des producteurs sur les techniques de production du sésame,
  • Mettre en place un système de production et de certification des semences de sésame.
  • Rallonger la chaîne de valeur existante en mettant en place un maillon de transformation et faire la promotion des produits à base de sésame
  • Dans la promotion de la culture du sésame, mettre l’accent sur l’approche chaîne de valeur afin de créer des liens étroits entre les différents acteurs de la chaîne de valeur mise en place pour un développement durable.

Concernant la lutte contre le VIH/SIDA le Projet en cours a fait du succès et les résultats sont très bien appréciés par les acteurs de la santé, les populations bénéficiaires, les collectivités et les autorités administratives..

Le Cercle de Kadiolo est une zone frontalière Mali, Burkina Faso et Côte d’Ivoire avec un mouvement transfrontalier important/ interpénétration des populations des différents pays. En plus c’est une zone d’orpaillage qui accueille des populations de divers horizons avec son corolaire de propagation de VIH/SIDA si les gens ne sont pas bien informés.

Donc, il est pertinent de poursuivre les activités de :

  • conseil et dépistage volontaire des jeunes au VIH/SIDA ;
  • soutiens sanitaire, psycho-social, scolaire et alimentaire aux personnes infectées et affectées par le VH/SIDA ;

Ainsi, pour répondre à ces problèmes de développement,  les populations du Cercle de Kadiolo ont sollicité l’accompagnement de ADAC pour la mise en œuvre de ce projet. Il répond à des préoccupations des populations du Cercle de Kadiolo et sa mise en œuvre permettra à coup sûr d’améliorer leurs conditions de vie

Le présent projet a été conçu  sur la base des informations collectées à partir de :

  • L’Evaluations externe de Juillet 2017 du projet ;
  • L’actualisation en Mars 2018 des données de l’Etude d’Evaluation de la Vulnérabilité des Communautés (EVC) réalisée en Janvier 2015 ;
  • Le rapport de l’Etude sur la chaine de valeur sésame réalisée en Avril 2018 dans le Cercle de Kadiolo

La mise en œuvre du projet est prévue de Janvier 2019 à Décembre 2021 dans 20 Villages des Communes de Kadiolo, Zégoua, Dioumanténé, Diou, Fourou, Misseni et Loulouni dans le Cercle de Kadiolo.

Le Coût total du projet est 309 154 927 F CFA (470 000 euros) dont 261 694 927 F CFA (400 000 euros)  de PPLM et 47 460 000 F CFA (70 000  euros) de contribution locale.

Le Projet comporte trois (3) volets qui sont :

  • Volet Production de maïs pour la sécurité alimentaire;
  • Volet Chaine de valeur sésame pour la génération de revenu;
  • Volet Lutte contre le VIH/SIDA.

Tout au long de la durée du programme, le suivi est assuré au sein de ADAC à deux niveaux complémentaires par :

  • Le Coordinateur du Projet à travers le suivi hebdomadaire, mensuel pour la collecte et l’analyse des données ;
  • La Direction de ADAC à travers  les supervisions trimestrielles.

En plus de ces suivis de ADAC, il y’a les suivis périodiques du Service Locale de l’Agriculture/DRA (Direction Régionale de l’Agriculture de Sikasso), le Centre de Santé de Référence de Kadiolo, la Direction Régionale de la Santé de Sikasso et le Service du Développement Social et de l’Economie Solidaire.

.Ces suivis et monitoring ont été renforcés par des rapports semestriels narratifs et financiers qui sont  élaborés conformément aux procédures de PPLM.

Dans le projet, il est envisagé selon le schéma de planification d'organiser une évaluation externe sous forme d’appel d’offre internationale.

Le dispositif de mise en œuvre du programme est structuré comme suit :

  • La coordination Générale est assurée par la Direction de ADAC, chargée de l'articulation de l'ensemble de l’action entre les partenaires.
  • L’exécution du projet est assurée par une équipe terrain de 6 Agents permanents et un conseiller sésame chargée de la conduite et de l'exécution des actions en partenariat avec les bénéficiaires et avec l’implication des services techniques de tutelle. Cela se fait sous la supervision de la Direction de ADAC.

I. 2. OBJECTIFS DU PROGRAMME ET INDICATEURS Effets indirects (impact)

Deux effets d'impact sont attendus du programme :

  1. Les conditions de vie alimentaires des populations vulnérables du Cercle de Kadiolo sont améliorées.
  2. La propagation du VIH/SIDA dans le Cercle de Kadiolo est réduite.

Effets directs prévus :

- Les rendements de la culture du maïs Denbanyuman et du sésame sont accrus;

- le revenu  de la vente du sésame est accru ;

- l’état de santé des personnes vivant avec le VIH/SIDA est amélioré

- les  jeunes connaissent leur statut sérologique.

Objectif de développement (Effet indirect).

Le projet vise à contribuer à l'amélioration durable de la sécurité alimentaire des populations vulnérables et à la réduction du VIH/SIDA  dans le Cercle de Kadiolo au Mali

Objectif du projet (Effet direct).

Rendre rentables et résilients les moyens de subsistance de 1000 ménages vulnérables et 4564 personnes infectées et/ ou affectées par le VIH/SIDA et principalement des femmes dans le cercle de Kadiolo d’ici Décembre 2021

Indicateur 1 : Production de maïs pour la sécurité alimentaire 

Au moins 400 ménages vulnérables dont 200 chefs de ménages femmes ont réduit la période de soudure de 6 à 2 mois dans l’année, dans le Cercle de Kadiolo à travers une augmentation du rendement agricole du maïs Denbanyuman en passant de 0,950 tonne/ha en 2018 à 2,950 tonnes/ha en 2021;

Indicateur 2 : Chaine de valeur sésame

Le pouvoir d’achat de 600 petits producteurs/trices de sésame dont 300 femmes et 300 hommes s’est accru à  travers une augmentation du rendement agricole (de 0,2 tonne/ha en 2018 à 0,5 tonne/ha en 2021) et du revenu tiré du sésame (30% d’augmentation annuelle du revenu moyen de vente du sésame) pour satisfaire leurs besoins financiers.

Indicateur 3 : Lutte contre le VIH/SIDA

Le dépistage au VIH/SIDA de 4320 personnes de 1 à 45 ans et la prise en charge sanitaire, psychosociale et alimentaire de  244 personnes vivant avec le VIH/SIDA dont 75 hommes et 169 femmes de 2 à 55 ans, contribuent à réduire l’impact du VIH/SIDA au niveau de la population

III - OBJECTIFS DE L'EVALUATION :

  1. Objectif général : Évaluer la qualité technique de mise en œuvre du projet et capitaliser les leçons apprises afin de renforcer son impact sur la résilience des moyens de subsistance des populations bénéficiaires et la réduction du VIH/SIDA dans la zone de Kadiolo
  2. Objectifs spécifiques: Il s'agira alors de :
  3. Mesurer les progrès réalisés par rapport à l’atteinte des indicateurs du projet ;
  4. Établir l’impact des actions sur la résilience des moyens de subsistance, la réduction du VIH/SIDA, leur niveau d’appropriation par les bénéficiaires, leur reproductibilité après la fin du programme;
  5. Analyser la pertinence, l’efficience, l’efficacité, l’impact et la viabilité du projet ;
  6. Analyser le volet chaine de valeur sésame en termes de moyen de création d’emploi pour les jeunes et les femmes afin de pouvoir réduire l’émigration et une alternative d’atténuation des effets du changement climatique pour une sécurité alimentaire
  7. Faire le point sur la mobilisation de la contribution locale au projet.

IV- RÉSULTATS ATTENDUS DE L’EVALUATION:

  • Il s’agit d’une évaluation externe du programme. A ce titre, les résultats attendus sont :
  1. . Les progrès réalisés par rapport à l’atteinte des indicateurs du projet sont mesurés ;
  2. L’impact des actions sur la résilience des moyens de subsistance, la réduction du VIH/SIDA, leur niveau d’appropriation par les bénéficiaires, leur reproductibilité après la fin du programme, sont établis;
  3. La pertinence, l’efficience, l’efficacité, l’impact et la viabilité du projet sont analysés;
  4. Le volet chaine de valeur sésame en termes de moyen de création d’emploi pour les jeunes et les femmes afin de pouvoir réduire l’émigration et une alternative d’atténuation des effets du changement climatique pour une sécurité alimentaire, est analysé
  5. Le point sur la mobilisation de la contribution locale au projet est fait.

A cet effet, le rapport produit doit être simple et facile à comprendre, non ambigu, avec une explication en termes clairs des concepts et des terminologies. Les recommandations doivent être suffisamment argumentées et réalistes.

V-  METHODOLOGIE ET DUREE DE L'EVALUATION :

  • L'évaluation sera faite par une équipe de deux personnes un homme et une femme dont un Principal recrutés au niveau national et ou international.
  • Le choix de la méthodologie de travail sera laissé à l’initiative de l’Equipe de consultation. Elle doit être suffisamment décrite dans l’offre technique et financière qui sera discutée avec ADAC.
  • La validation du rapport d’évaluation fera l’objet d’une restitution des résultats à ADAC.

L’évaluation se déroulera à partir du 16 Août 2021 au 14 Septembre 2021.

VI- PROFIL DES CONSULTANTS

L’Equipe de consultation doit être de formations universitaires différentes et doit répondre aux critères suivants :

  • Etre diplômé(e) en sciences sociales et/ou en sciences de l’économie ;
  • Avoir des  expériences solides en :
  • Evaluation des projets de développement communautaire au moins 5 ans ;
  • Développement institutionnel et renforcement organisationnel ; au moins 5 ans
  • Avoir une maîtrise des outils d'analyse Genre ;
  • Avoir des expériences dans l’évaluation des projets d'Agriculture durable, de Sécurité alimentaire et de lutte contre le VIH/SIDA ; au moins 5 ans ;
  • Avoir une expérience confirmée dans l’évaluation des projets financés par les bailleurs de fonds Européens.
  • Avoir une expérience d’au moins 5 ans en planification, suivi et évaluation des programmes de développement communautaires

VII - MODALITE D’EXECUTION:

L’exécution de l’évaluation se fera sur la base d’une proposition technique et financière discutée et acceptée de part et d’autre entre l’Equipe de consultants (es) et ADAC. Cette entente sera matérialisée par un contrat de prestation de service.

NB : Le rapport provisoire doit être disponible 10 jours après la phase terrain donc le 24 Septembre 2021 en version électronique. Réaction de ADAC dans 20 jours après le dépôt du rapport provisoire et  l’approbation du rapport final sera  faite 20 jours après avoir pris en compte les différentes observations de ADAC. Il  doit être déposé en 3 exemplaires, dont 2 reliés et un en version électronique.

VIII.. MODALITES DE PAIEMENT :

La consultation est financée sur le budget du programme. Les paiements se feront comme suit:

  • 50 % au début de la mission à la signature du contrat,
  • 30 % au dépôt du rapport provisoire
  • 20 % après approbation du rapport final.

IX-  PRESCRIPTIONS GÉNÉRALES

Les points non stipulés dans les présents termes de référence seront définis sur la base de concertations entre l’équipe de consultants et ADAC.

Les  consultants devraient remettre un chronogramme détaillé d’exécution des activités de la mission de consultation.

X- PROCÉDURES DE SOUMISSION

Les personnes intéressées par cette offre feront parvenir leurs dossiers, en copie dure et en version électronique  au plus tard le 20 Juillet  2021  à 15 h 00 au Siège de l’Association pour le Développement et l’Appui aux Communautés (ADAC) - Kalaban-Coura Sud Extension - BP 2783 – Tél : (223) 20 28 05 21 - Fax : (223) 20 28 57 71 Bamako - Rép. du Mali – E-mail : adac@afribone.net.ml Site Web : http://www.ongadac.org

Les dossiers de soumission devront comprendre :

- une offre technique, comprenant une méthodologie provisoire, un planning détaillé des activités, le CV de  l’Equipe de consultants, la liste des prestations similaires.

- une offre financière, incluant un détail des coûts.

- une adresse et un contact avec téléphone et/ou E-mail.

           

 

Bamako le 16/06/2021

 

 

Le Secrétaire Permanent

Siaka BALLO