Termes de Reference – Analyse des conflits et identification des besoins

 Cercle de Bandiagara

 

Intitule du projet : Réconciliation et Consolidation de la cohésion sociale pour une paix durable dans le cercle de Bandiagara

 

  1. Présentation d’International Alert 

 

Créée en 1986, International Alert est une organisation internationale de droit britannique qui travaille dans les domaines de la consolidation de la paix (peacebuilding) par la recherche, le plaidoyer, le renforcement des capacités, le dialogue inclusif et la participation politique et citoyenne. Dans son domaine, Alert travaille parfois seule, mais souvent en collaboration avec d’autres intervenants nationaux et internationaux sur plusieurs thématiques qui relèvent du peacebuilding, notamment la Gouvernance de la Sécurité et la Gestion des Ressources Naturelles, le genre, etc. La vision d’Alert est celle d’un monde où l’on tente de résoudre ses différends de manière pacifique ; un monde dans lequel, lorsqu’on recherche une vie meilleure pour sa famille et sa communauté et que des conflits surgissent, ceux-ci peuvent être gérés avec honnêteté et sagesse, sans recourir à la violence.

 

Opérationnels, au Mali depuis 2013, nous mettons en œuvre un large programme avec deux composantes principales dans les régions de Koulikoro, Ségou, Mopti et Tombouctou : La Gouvernance de la Sécurité et la Gestion des Ressources Naturelles. La Gouvernance de la Sécurité se fixe comme objectif principal la réduction de la violence politique et extrémiste au centre et au nord du Mali, à travers une amélioration des relations de confiance favorisant un dialogue inclusif au niveau local et régional pour permettre une compréhension commune des dynamiques sécuritaires dans les régions de Koulikoro, Mopti, Ségou et Tombouctou.

  1. Contexte de mise en œuvre du projet 

 

Le centre du Mali, en particulier, les régions de Bandiagara et Mopti, est marqué par des tensions et conflits intercommunautaires, une faible présence de l’État, de ses services techniques et des Forces de Défense et de Sécurité? (FDS) dans la plupart des localités / communes. Bien que ces éléments pre?datent de la crise de 2012, mais se sont vus accentuer au cours de l’année 2020 marquée par des séries d’attaques meurtrières à l’encontre des populations locales et entre les communautés – elles-mêmes.

 

Avec une présence limitée des institutions de l'État dans certaines régions du centre, des violences sur fond des tensions communautaires et des attaques extrémistes de plus en plus meurtrières contre les forces de sécurité, ainsi que les communautés locales, cette situation sécuritaire alarmante  a atteint un niveau critique. Les communautés locales sont victimes de violations des droits humains fondamentaux alors que l'État s'affaiblit de plus en plus face aux attaques de plus en plus violentes et meurtrières des groupes extrémistes qui déstabilisent la région.

 

En réponse à cette crise, International Alert lance le projet « Réconciliation et Consolidation de la cohésion sociale pour une paix durable dans le cercle de Bandiagara » visant à renforcer la cohésion sociale par une contribution effective au processus de paix, de réconciliation et de stabilisation du centre du Mali à travers la résolution et la prévention des conflits. Plus spécifiquement, ce projet vise à améliorer la compréhension des dynamiques conflictuelles, prévenir les conflits locaux et améliorer la cohabitation et contribuer au renforcement des capacités des acteurs de la société civile à travers le transfert de compétence et la réconciliation entre les populations locales dans le cercle de Bandiagara.

  • Objectifs de l’analyse de conflits et l’identification des besoins

Dans le cadre de la mise en œuvre du projet « Réconciliation et Consolidation de la cohésion sociale pour une paix durable dans le cercle de Bandiagara », International Alert propose de mener une analyse de conflit et une évaluation des besoins afin de mesurer profondément l'évolution des dynamiques des conflits locaux et d’établir un répertoire des besoins (initiatives locales de paix et/ou microprojets qui seront triangulées avec les besoins issus des espaces de dialogue) des populations cibles dans le cercle de Bandiagara.

  • Objectif général 

L’objectif global de cette étude consiste a? analyser le contexte du conflit dans le cercle de Bandiagara lie? aux questions économiques, sociales et politiques, les griefs et dynamiques locales de conflits, les capacités locales ainsi que les initiatives locales visant a? prévenir et résoudre les conflits à travers la médiation. Aussi, elle permettra d’identifier plus spécifiquement les villages les plus touchés par les conflits intra et intercommunautaires, les causes profondes et les facteurs contribuant aux conflits et à la paix afin de définir de pair avec les communautés des solutions locales appropriées, justes et inclusives.

Cette analyse du contexte de conflit devra également intégrer une analyse de genre, (analyse de conflit sensible au genre). Ceci permettra d’identifier et de mettre en exergue les dynamiques sexospécifiques et de déterminer dans quelle mesure et de quelle manière ces dynamiques sont-elles parties intégrantes des conflits; et aussi comment les conflits refaçonnent les rapports de genre dans la région de Bandiagara.     

Activité initiale de la phase d’inception du projet, cette étude va permettre de finaliser la conception du projet de médiation en identifiant les acteurs locaux stratégiquement importants pour mener à bien le processus de médiation et de réconciliation dans le cercle de Bandiagara.

  • Objectifs spécifiques

Plus spécifiquement, l’analyse des conflits et l’identification des besoins permettra de/d’ :

  • Analyser le contexte du conflit dans la région de Bandiagara lie? aux questions économiques, sociales, politiques, ethniques, les expériences et les perceptions de la population, ainsi que les initiatives locales visant a? prévenir et résoudre les conflits ;
  • Faire la typologie des conflits dans le cercle de Bandiagara ;
  • Identifier et analyser les dynamiques locales de conflits(y compris les dynamiques de conflit liées au genre), les tendances, acteurs des conflits, les facteurs et moteurs des conflits locaux ;
  • Identifier les connecteurs et les diviseurs qui posent des risques ou des opportunités pour la paix et pour le projet de médiation et résolution des conflits;
  • Identifier les différents mécanismes de gestion de conflits présents et fonctionnels ainsi que les potentiels médiateurs/médiatrices communautaires dans la zone ;
  • Faire une cartographie des zones les plus touchées et les plus vulnérables ;
  • Fournir des recommandations pour la programmation concernant l’identification et la sélection des médiateurs et médiatrices communautaires qui puissent influencer positivement les communautés pour le retour de la paix et la réconciliation ;
  • Faire la cartographie des besoins des communautés en matière de microprojets concourant au retour de la paix et pouvant adresser les facteurs de conflits.
  1. Lieux géographiques

Cette analyse de conflits aura lieu dans la région de Bandiagara, plus précisément dans les communes suivantes : Bandiagara, Bara-Sara, Doucoumbou, Pignari-Bana, Sangha, et Timniri. Ce choix des communes se justifie par le fait qu’elles soient les plus touchées par le conflit intercommunautaire qui sévit dans la région de Bandiagara. 

  1. Méthodologie et outils de collecte des données

Cette étude sera menée par un/e consultant/e expérimenté/e et fera recours a? une approche mixte qui associe les méthodes qualitatives et quantitatives de collecte de données (Focus Group, Entretien Individuel) avec la participation et l’inclusion des différentes couches de la population de Bandiagara, y compris les groupes marginalisés, notamment les femmes, les jeunes et d’autres groupes défavorisés. Les données collectées seront analysées et transcrites dans le rapport de façon anonyme pour préserver la sécurité physique et morale des personnes qui ont été interviewées.

La méthodologie et les outils de collecte seront développés par le/la consultant/e externe qui sera recruté?/e pour cet effet. Au terme de l’analyse, un rapport de l’étude sera développé et partage? par le/la consultant/e externe. Une présentation des livrables sera organisée lors d’une session réunissant l’équipe du projet. Au cours de cette réunion, les résultats, principales conclusions et les recommandations seront présentés, discutés et adaptés afin développer une stratégie d’intervention qui assure la sensibilité? au conflit et la mise en œuvre effective du projet.

Aussi, une restitution des résultats de l’étude sera organisée par l’équipe et le chef de projet avec les partenaires et les autres parties prenantes en vue d’explorer les opportunités pour la coordination et les recommandations. Une séance de présentation des résultats sera aussi faite avec le bailleur.  

Le/la consultant/e sera recruté?/e afin de fournir une expertise technique dans l’élaboration des outils de collecte des données, dans l’analyse et la rédaction du rapport final de l’analyse. Il/elle sera ainsi responsable de l'analyse des données collectées et l'écriture du rapport final et d’autres livrables, comme détaillé? dans la section  ci-dessous.

 

  1. Principaux livrables de l’analyse

 

Les livrables suivants sont attendus :

  • Rapport de lancement incluant la méthodologie finalisée et en annexe les outils de collecte de données ;
  • Analyse des données qualitatives et quantitatives ;
  • Un rapport final de 20 pages maximum (+ annexes). La section sur les résultats dans le rapport final doit être organisée par objectifs de l'étude et doivent répondre a? chaque ligne d'enquête développée, tous les résultats doivent être soutenus par des données qualitatifs ou quantitatifs ;
  • Un répertoire des conflits permettant une meilleure orientation des activités ;
  • Une présentation sur PowerPoint des principaux résultats de l’étude (en français) ;
  • Une cartographie des besoins liés au conflit identifiés en matière de réalisation des microprojets communautaires.

 

  • Expériences souhaitées : Les applications reçues seront évaluées en fonction des critères suivants:

 

  • Maîtrise du français (écrit et parle?) ;
  • Plus de 5 années d'expérience dans l’évaluation des projets et/ou dans la recherche, y compris dans l’utilisation des méthodes de recherche innovantes ;
  • Plus de 5 années d'expérience dans la conduite des travaux de consultation ;
  • Expérience de travail avec des organisations internationales dans l’analyse des conflits et l’identification des besoins ;
  • Compétences démontrées en matière d’analyse de données qualitatives et quantitatives ;
  • Une expérience et une expertise considérables dans les domaines de la consolidation de la paix, la médiation et des programmes de cohésion sociale, sensibilité au conflit et au genre ;
  • Grande capacité rédactionnelle ;
  • Connaissances contextuelles et/ou expérience de travail au Mali, en particulier le centre du Mali.
  • Une bonne compréhension des questions liées au genre et une expertise en analyse de genre serait souhaitable ( ?)

 

  • Dossiers de candidatures

Les dossiers de candidature doivent inclure :

  • Un document incluant le Curriculum Vitae (maximum 5 pages) du/de la consultant(e) ;
  • Une lettre de motivation ;
  • Un document avec les éléments suivants :
  • Une proposition technique adaptée a? la méthodologie conçue ;
  • Une proposition financière pour l’accomplissement des livrables susmentionnés.

Pour postuler, merci d’envoyer votre dossier de candidature comprenant les éléments cités ci-haut a? mali@international-alert.org.

NB : Précisez clairement en objet du mail la référence suivante : « Candidature Consultant(e) Analyse de conflits – Bandiagara ». Notez que les propositions techniques et financières doivent être combinées dans un seul document PDF.

Nous nous efforçons d'être un employeur offrant l'égalité des chances et accueillons les candidatures indépendamment de la race, de la religion, du sexe, de l'orientation sexuelle ou du handicap. Date limite pour l’envoi des candidatures : 12 avril 2021 a? 17h30 GMT.

En fonction du nombre de candidatures reçues, nous ne serions probablement pas en mesure de contacter tous les candidats. Dans le cas ou? vous ne recevez pas de réponse deux semaines après la date limite précisée ci-dessus, cela signifierait que vous n’avez pas été? pas retenu pour passer a? l’entretien. Les candidatures seront examinées et retenues seulement sur la base des compétences.