RELATIF AU PROJET DES RISQUES ENGENDRES PAR LE CONFLIT ARME SUR LES POPULATIONS CIVILES AU NORD MALI

Référence Appel d’offre : AOO/E31- BKO/17/02

 

PROJET REDUCTION DES RISQUES ENGENDRES PAR LE CONFLIT ARME SUR LES POPULATIONS CIVILES AU NORD MALI 

 

Termes de références pour le recrutement d’un consultant pour la réalisation de l’évaluation Post - Impact (EPI) à Tombouctou.

 Programme 

Mali

Type de mission

Evaluation Post-Impact

Dates de la prestation

Janvier 2018

Nom du responsable

Mohamed Lamine Touré, Chef de projet Réduction de la violence armée

 

Introduction :

Le projet d’Education aux Risques

 

Le manque de sécurité au cours des dernières années au Mali - malgré la signature de l'Accord de paix d'Alger le 20 Juin 2015 - ont conduit à une augmentation significative de la disponibilité des armes légères et de petit calibre (ALPC) dans les zones directement concernées par le conflit. Bien qu’en diminution progressive par rapport à 2012, la présence des restes explosifs de guerre (REG) reste une menace à la sécurité. L’utilisation d'engins explosifs improvisés (EEI), ciblant les véhicules des forces armées (FAMa) et de la MINUSMA qui transitent sur les axes routiers qui sont aussi fréquentées par des civils, contribue aussi à l’augmentation de l’insécurité. [1]L’utilisation d’EEI est en augmentation, avec déjà 64 victimes enregistrés selon les données de UNMAS depuis le début de 2017, en comparaison avec  23 victimes enregstrées en 2013.

Selon les statistiques du Bureau de lutte anti-mine des Nations Unies (UNMAS), il y a eu de 2012 à Aout  2017 221 victimes directes d’armes conventionnelles recensées, dont 60 sont des enfants.

De novembre 2012 à janvier 2014, et de septembre 2015 à nos jours HI met  en œuvre des activités de réduction de la violence armée  (d’Education aux Risques,  de collecte et consolidation de données  sur l'impact, d’assistance aux victimes, de plaidoyer et de transformation de conflit) dans les régions de Tombouctou, Gao et Kidal. Ces activités s'adressent de façon large aux populations déplacées, retournées, ou restées vivre sur les zones affectées par le conflit. Une attention particulière est apportée aux personnes vulnérables et aux groupes particulièrement à risques identifiés tels que les enfants et jeunes adolescents et les populations nomades.

 

Le projet en cours de Handicap International sur la région de Tombouctou– sous financement de la principauté de Monaco, et la Région Auvergne Rhône-Alpes (RAURA) et dans le cadre duquel cette évaluation est organisée - intervient dans les cercles de Tombouctou, Rharous, Diré, Goundam, Niafunké, qui sont des zones particulièrement touchées par la violence armée et la problématique des engins explosifs improvisés et où très peu d’acteurs  interviennent dans le domaine de l’éducation aux risques et de l’assistance aux victimes.

En complément, HI effectue des activités de transformation de conflit  dans le nord du Mali, travaillant avec les communautés sur les causes profondes de tensions et conflits.

Le besoin d’une évaluation « Post-impact »

Une évaluation pré impact des activités d’éducation aux risques de HI a été réalisée en janvier 2014 et une post impact en juin- juillet 2015 sur les zones d’intervention dans les régions de Tombouctou (ainsi que Gao). Après ces évaluations, qui constituent notre base line, une évaluation post-impact est nécessaire pour mesurer l’impact de notre intervention mais aussi mieux définir l’intervention de HI  dans un contexte en évolution permanente. Depuis la baseline de juillet/aout 2015, le contexte d’intervention a subi les répercussions liées à l’évolution de la menace dans une situation post-conflit. Cette situation est caractérisée par la restauration progressive de l’autorité de l’Etat,  mais des  tensions et accidents sécuritaires continuent à bouleverser le Nord du pays, ainsi que des tensions intra et inter communautaires permanentes, la présence de groupes armées et la circulation d’armes conventionnelles.  

 

Cette évaluation se focalisera – tout comme les précédentes évaluations  – sur  les risques liés aux armes conventionnelles et la sécurité communautaire dans nos zones d’intervention et fournira une analyse comparative par rapport aux résultats de la baseline.

 

L’évaluation sera effectuée par un prestataire externe dans la région de Tombouctou :

-          Le prestataire se chargera de la collecte et analyse des données. En d’autre termes, après la phase terrain de recueil de données, le prestataire devra effectuer le traitement et l’analyse des données recueillies et fournir des données comparatives des celles-ci avec les données de l’évaluation de 2015 susmentionnée constituant la base line. Les efforts d’analyse porteront sur la vérification de la fiabilité des données et leur interprétation conformément à la base et faire et la mise à disposition de données comparatives en lien avec la Base line. 

 

Objectifs et résultats attendus

1.1.         Objectif global

Mesurer le niveau d’amélioration sur les perceptions de sécurité et sources d’insécurité (y compris les armes conventionnelles) et les connaissances, attitudes et pratiques des populations par rapport aux risques et aux armes conventionnelles  des populations de la région de Tombouctou  à travers cette évaluation post impact en lien avec  la précédente évaluation de 2015.  

1.2. Objectifs spécifiques (OS)

L’évaluation post-impact vise à collecter et analyser au sein des communautés cibles des informations sur :

  1. Les connaissances, attitudes et pratiques des populations à risques par rapport aux armes conventionnelles en référence aux évaluations pré-impact.
  2. Les sources d’insécurités auprès des différents groupes communautaires (femmes, enfants, groupes cibles des activités d’éducation aux risques).

III.    Les mécanismes et les personnes clés qui agissent comme sources de protection au sein de la communauté (i.e. les leaders communautaires, les points focaux formés).

3.1.         Résultat attendus (RA) :

R.A.1    Les informations collectées sont analysées en relation aux résultats des évaluations précédentes et permettent de mesurer l’évolution des connaissances attitudes et pratiques des populations à risques dans les zones d’intervention.

R.A.2  Les informations collectées permettent d’identifier les sources d’insécurité auprès des différentes communautaires et des mécanismes et personnes clés qui agissent comme source de protection au sein des communautés.

R.A.3  Les informations collectées sont d’une qualité à la hauteur de permettre une comparaison avec les informations collectées en début de projet

 

 

  1. Méthodologie

 

2.1.         Outils de collecte de données : questionnaires et discussions focus groups

 

 

Les outils de collecte de donnée pour cette évaluation post-impact sont :

 – Deux questionnaires (un pour les adultes et un autre pour les mineurs) qui ont été élaborés et seront mis à jours et mis à la disposition des enquêteurs qui procèderont à l’administration auprès des populations cibles.

-          - Deux guides de discussion (1 pour les adultes, 1 pour les adolescents) avec des questions directives développés seront mis à la disposition des enquêteurs. Ces guides seront les outils de base utilisés par les enquêteurs pour mener  des discussions focus groups afin de permettre une compréhension plus profonde des perceptions de la présence et circulation et de la sécurité par des différents groupes.

 

Les résultats de la collecte des données doivent entre ensuite comparés avec es résultats des évaluations précédentes.

2.2.         Zones couvertes par l’évaluation

L’évaluation post-impact vise à couvrir dans  la région de Tombouctou (cercles de Gourma-Rharous, Goundam, Tombouctou et Diré) les zones avec :

1) les fortes tensions inter-ethniques ;

2) une circulation d’armes élevée

3) forte pollution due aux armes conventionnelles. Les localités sur chaque cercle à enquêter ont été également choisies selon ces critères

 

2.3.         Echantillonnage et groupes cibles

Région/cercle

Nombre de ménages

Echantillon choisi (ménages = adultes)

Echantillon mineurs (enfants + adolescents)

Pourcentage de l’échantillon par rapport au nbre de ménages

TOMBOUCTOU

108498

200

120

0,29%

Gourma-Rharous

19120

36

22

Goundam

28730

46

32

Tombouctou

22214

49

24

Diré

19314

33

20

Niafounké

19120

36

22

 

N.B. l’échantillonnage pourrait varier légèrement suite à la réunion de cadrage avec l’équipe projet

 

Groupes cibles

4 groupes principaux seront les cibles de cette évaluation : les hommes adultes, les femmes adultes, les adolescents (13-17 ans) et les enfants (6-12 ans). Un point d’attention sera aussi prévu pour les populations retournées et nomades. Chacun de ces groupes sera enquêté à travers à la fois des questionnaires et des discussions de groupe.

 

 

QUESTIONNAIRES

FOCUS GROUPES

Région/ cercle

Ménages

Adultes

Hommes

Ménages adultes

Femmes

Enfants/garçons

(6-12 et 13-17ans)

Enfants/filles

(6-12 et 13-17ans)

Hommes

Femmes

Adolescents (13-17 ans)

TOMBOUCTOU**

109

91

64

56

2

(au moins 1en tamasheq)

2

(au moins 1 en tamasheq)

2

(au moins 1 en tamasheq)

Gourma-Rharous

18

18

11

11

Goundam

26

20

18

14

Tombouctou

29

20

12

12

Diré

18

15

10

10

Niafounké

18

18

13

9

 

 

2.4.         Composition de l’équipe d’enquêteurs

Le prestataire devrait recruter localement les enquêteurs membres de la localité et ayant un niveau d’instruction au moins du baccalauréat. Le  genre et la diversité ethnique  doivent être considérés par le prestataire dans la constitution des équipes pour s’assurer que les différentes communautés constituant la population des localités ciblées soient touchées tout en  respectant les us et coutumes.

Le prestataire doit fournir à HI toutes les informations sur le recrutement, la composition des équipes et la supervision des équipes.

 

2.5.         Formation des équipes de l’enquête 

Le prestataire devra fournir un programme de formation correspondant aux objectifs et permettant une bonne appropriation des outils et de  la méthodologie de l’évaluation.

Le Chef de Projet Réduction de la violence armée (RVA) selon la disponibilité apportera un appui pour une meilleure compréhension des terminologies techniques d’Education aux Risques, de transformation de conflit et du domaine de la lutte anti-mines.

 

2.6.         Suivi et contrôle qualité :

Le prestataire devra fournir un contrôle qualité sur tout le processus de la collecte en détaillant les mesures de suivi et de contrôle journalières et hebdomadaires sur :

-          L’administration  des questionnaires et la tenue des focus

-          Le recueil et la vérification des questionnaires 

-          Le transfert et la sécurisation des questionnaires renseignés

Il devra en outre fournir toutes les informations  pouvant garantir le respect des normes pour la bonne tenue de l’activité et partager les informations avec HI pendant la collecte des données

2.7.         Analyse des données et rédaction du rapport provisoire et final 

Le prestataire devra fournir toutes les informations en détaillant les différentes étapes de l’évaluation,  les outils et le temps nécessaire du traitement des données, de l’analyse et rédaction du rapport provisoire et final, en tenant compte des retours du Chef de Projet Réduction de la violence armée (RVA), de la Coordinatrice Technique Protection et du Directeur Programme Adjoint Nord Mali.  

Le prestataire doit se rendre disponible pour retravailler les données entre la soumission du rapport provisoire et le rapport final, selon les retours reçus.

2.8.         Durée de l’évaluation

La période de la collecte y compris les jours de formation/orientation sur les outils et la méthodologie  pour les équipes doit se tenir dans un délai maximum de 15 jours.

Le traitement, l’analyse et la production du rapport dans un délai de 15 jours maximum correspondant à une durée total de 30 jours  pour l’évaluation (30 jours).

2.9.         Plan d’activités

Le prestataire devra fournir un plan d’activités détaillé de tout le processus en précisant les périodes, responsables et localités concernées.

 

2.10              Aspects sécuritaires

Un  briefing sécurité sera réalisé au début de la mission par la cellule sécurité de Handicap International. La sécurité des équipes d’enquêteurs sera responsabilité du prestataire.

2.11              . Budget 

En tenant compte des informations clés (nombre d’évaluateurs à recruter, de personnes à enquêter, de localités à évaluer, les ressources logistiques nécessaires, le coût de phase de d’analyse et production rapport final) le prestataire devra fournir en plus de l’offre technique une offre financière détaillé et réaliste.

  1. Profil du prestataire

Le présent avis d’appel d’offre s’adresse aux bureaux d’études ou aux consultants indépendants. Il est également possible de constituer une équipe pour postuler. Cependant, les candidats doivent avoir:

-          Expérience en évaluation de projets et programmes de développement

-          Expériences dans la conduite de la mise en œuvre des évaluations : planification / organisation des évaluations,

-          Très bonne capacités d’analyse, rédaction et documentation des évaluations

-          Expérience de terrain d'au moins 5 ans au Mali

-          Connaissances de la zone d’intervention du projet

-          Capacité de communication et d'analyse

-          Organisé, motivé et pragmatique

-          Grande maîtrise de la logique des projets en générale

-          Disponibilité

-          Expérience dans le cadre de projets de réduction de la violence armée est préférable

  1. Constitution du dossier de consultation

Le prestataire sera recruté sur la base des dossiers technique et financier constitués comme suit :

4.1. Offre technique : elle devra tenir compte des points suivants :

-          La compréhension que le consultant a de la mission ;

-          La description détaillée de la méthodologie à mettre en œuvre ;

-          Avis sur les principaux sujets relatifs à la réalisation des objectifs de l’évaluation et des résultats escomptés ;

-          Liste des activités proposées considérées comme nécessaires pour atteindre les objectifs de l’évaluation ;

-          Les moyens techniques (les capacités techniques disponibles, la description explicite de tout autre outil et matériel qui sera utilisé pour l’évaluation ) ;

-          Les moyens humains, les curricula vitae détaillés des membres de l’équipe;

-          Les expériences dans le domaine et les structures de référence : travaux antérieurs (brochures, articles, documentaires) réalisés,

-          Les contacts d’au moins cinq structures de référence avec lesquelles le prestataire a déjà collaboré.

-          Calendrier prévisionnel, chronologie et durée des activités proposées : identification et répartition dans le temps des principales étapes de l'exécution de l’évaluation, en précisant notamment comment les résultats obtenus seront pris en compte dans les rapports

-          Les coordonnées : nom et coordonnées du prestataire, raison sociale et relevé d’identité bancaire

-          NIF ou carte professionnelle à jour.

4.2. Offre financière

L’offre financière devra intégrer les coûts détaillés de l’intervention en francs CFA et en TTC (tout taxe confondu) en tenant compte au minimum des éléments suivants :

-          le coût des honoraires du ou des consultant-e-s (junior/sénior ; nombre de jours par activité et total), 

-          la formation des enquêteurs

-          Frais de transport (voyages, logement, etc.)

-          la fourniture des copies d’outils (questionnaires/focus groups)

-          la production du rapport d’analyse des données

-          Autres frais associés à la mise en œuvre de l’évaluation

NB : le prestataire assure la restauration de son équipe tout le long de la période de contractualisation.

 

  1. Critères de sélection :

Les propositions reçues seront évaluées par le comité de sélection interne à Handicap International sur les critères suivants :  

-          Compréhension des termes de référence et démarche méthodologique (techniques de recueil et de traitement de l’information, technique d’analyses, mode d’organisation du travail, etc.) ;   

-          Equipe proposée (chef de mission, consultants associés)

-          Disponibilité des consultants

-          Connaissance de la zone d’intervention du projet

-          Qualité de l’offre financière proposée 

-          Expériences et références pertinentes et récentes du prestataire dans le domaine de la problématique traitée

 

  1. Date limite de soumission

Les offres techniques et financières doivent être envoyées par courriers électroniques aux adresses suivantes : Responsable_log@handicapmali.org, et logistique@handicapmali.org portant mention « Offre relative à l’évaluation finale du projet Réduction de la violence armée» au plus tard le  31 décembre  2017 à 16 heures.

NB : Les offres par courriers électroniques doivent être proposées en format PDF. Le soumissionnaire devra envoyer sa demande de soumission signée.

Seul le consultant retenu après la sélection des dossiers sera contacté.