RELATIF A L'EVALUATION EXTERNE DU PROJET ESSPOIR

 Appel à Candidature

Evaluation externe du projet ESSPOIR

« Les Enfants malnutris du Sahel sont Stimulés, Protégés, Orientés et Intégrés dans leur communauté devenue plus Résiliente » Mali – Burkina Faso - Niger

  1. Contexte de l’évaluation

 

Depuis septembre 2015, Handicap International met en oeuvre le Projet « Les Enfants du Sahel sont Stimulés, Protégés, Orientés et Intégrés dans leur Communauté devenue plus Résiliente (ESSPOIR) » au Burkina Faso (région du Sahel), au Mali (région de Tombouctou) et au Niger (région de Maradi).

L’objectif général de ce projet est de prévenir et réduire le risque de complications et de séquelles invalidantes chez les enfants de moins de 5 ans atteints de malnutrition et/ou ayant développé un retard de développement afin de favoriser leur épanouissement dans un environnement familial serein, soutenant et protecteur au Burkina Faso, Mali et au Niger. En effet, il est prouvé selon l’OMS que la malnutrition entraîne chez l’enfant en croissance un état de faiblesse générale, dont les conséquences peuvent être invalidantes voire fatales dans le cas de malnutrition aigüe sévère. Il devient donc primordial de prendre en compte le devenir et la protection de ces enfants, surtout de réduire le risque de survenue de séquelles invalidantes et de leur offrir le meilleur épanouissement possible dans un environnement familial serein.

Handicap International a démarré en septembre 2015, avec l’appui financier de la Direction Générale de la Coopération Belge (DGD), ce projet dans les 3 pays cibles (Mali, Burkina Faso, Niger) en travaillant avec les centres de santé et les partenaires nutrition, différents services spécialisés pour répondre de façon holistique aux besoins spécifiques des enfants, de leurs familles et de leurs communautés. Il s’agit de renforcer les capacités des communautés et familles des enfants malnutris à répondre à leurs besoins spécifiques en favorisant leur accès :

- à des soins pour le développement à travers des interventions de stimulation précoce ;

- à des mesures préventives et protectrices pour améliorer leur niveau de résilience face aux crises chroniques dans la région du Sahel.

 

Le projet comprend une composante d’offres de services de stimulation, de kinésithérapie d’éveil, d’appui psychosocial aux mères, de formation des acteurs socio- sanitaires, mais aussi un plaidoyer et un renforcement de capacité communautaire très fort en vue de renforcer la résilience des communautés face à la malnutrition et son corollaire de conséquences invalidantes chez les enfants de moins de 5ans.

  1. Présentation du projet à évaluer

 

2.1 Le projet ESSPOIR

Le projet ESSPOIR d’une durée de 30 mois (sept 2015 – février 2018) inclut un nombre important d’activités, comprenant la stimulation précoce, la kinésithérapie d’éveil et un paquet d’activités de soutien psychosocial et communautaire y compris le counseling individuel, les groupes de parole, les sensibilisations et la création de systèmes de surveillance et de foyers communautaires.

Le projet intervient dans 35 centres ou unités de récupération nutritionnelle répartis dans trois pays.

Au Burkina Faso, le projet touche 12 centres nutritionnels appelés Unités de Prise en Charge en Interne et Ambulatoire (PCI/PCA) dans la région du Sahel (districts de Dori, Gorom Gorom, Djebo)

Au Mali, le projet est mis en oeuvre dans 16 centres nutritionnels dans la région de Tombouctou (districts de Tombouctou, de Diré et de Gourma Rharous). Ces centres sont appelés des Unités de Récupération et d’Education Nutritionnelle Intensive et dans les Unités de Récupération et d’éducation Nutritionnelle en Ambulatoire sévère.

Au Niger, le projet est présent dans 7 centres de Récupération et d’Education Nutritionnelle intensive de Centres de Récupération Nutritionnelle en Ambulatoire pour les Sévères dans la région de Maradi (district de Maradi et Maradounfa)

Le projet se décline en trois résultats principaux :

- Résultat 1 : Les enfants malnutris ou identifiés à risque bénéficient d’un dispositif de « stimulation psychosocial et physique et fonctionnel », leur récupération nutritionnelle est améliorée, et les séquelles invalidantes sont limitées

 

- Résultat 2 : Les familles des enfants identifiés et leurs communautés développent et assurent un environnement stimulant, protecteur et sécurisé pour l’enfant en recevant un accompagnement parental et un soutien psychosocial adapté

- Résultat 3 : Les acteurs communautaires et institutionnels sont compétents, s’organisent et assurent leurs rôles et leurs fonctions « protecteurs » envers les enfants et les familles les plus vulnérables.

 

2.2 Justification de l’évaluation

Le projet multi-pays ESSPOIR fait suite à deux autres initiatives similaires et innovantes, le projet de Stimulation Affective et Physique pour une meilleure Récupération nutritionnelle (SAPHYRE au Burkina Faso) et le projet de stimulation précoce chez l’enfant de moins de 5 ans dans les URENI (SPURENI au Mali) en intervenant dans le secteur de la lutte contre les retards de développement et les séquelles invalidantes de la malnutrition. Ce secteur représente de forts enjeux pour Handicap International qui est à ce jour le seul acteur réellement positionné sur ce type d’actions.

Après deux années de mise en oeuvre qui coïncide aux derniers mois opérationnels du projet, il s’avère primordiale de procéder à une évaluation externe finale en vue de mesurer les résultats atteints à travers les différentes activités, de capitaliser les acquis engrangés, et de partager les bonnes pratiques et les leçons apprises à travers cette intervention.

Il s’agira d’évaluer le projet ESSPOIR en considération des critères majeurs de la stratégie de Handicap International, et à travers les trois catégories d’évaluation que sont les Bénéfices, le Management, et les Acteurs.

  1. Objectifs de l’évaluation

3.1 Objectifs et attentes générales de l’évaluation

 

L’objectif global de l’évaluation est de mesurer les niveaux d’atteinte des résultats planifiés ainsi que les impacts enregistrés, tout en considérant les enjeux sur les bénéfices, le management et les acteurs conformément au référentiel qualité des projets HI.

3.2 Objectifs spécifiques

 

Objectif Spécifique 1 : Evaluer la qualité des BENEFICES du projet à travers les critères de pertinence, de changement, de capacité et de pérennité.

Objectif Spécifique 2 : Evaluer la qualité du MANAGEMENT du projet à travers les critères de l’efficacité et de la redevabilité.

Objectif Spécifique 3 : Evaluer la qualité de collaboration avec les ACTEURS du projet à travers les critères de participation, de coopération, et d’éthique.

3.3 Les critères d’évaluation

3.3.1 Evaluation des BENEFICES

 

Pour évaluer les BENEFICES, les critères de Pertinence, de Changement, de Capacité et de Pérennité ont été retenus.

- Pertinence :

o Le projet répond-il aux demandes et besoins des bénéficiaires et contribue-t-il à l’atteinte des priorités des autres parties prenantes ?

- Changements :

o le projet a-t-il provoqué des changements positifs à court et moyen terme sur la vie des bénéficiaires et de leur entourage ?

o le projet a-t-il contribué à l’atteinte d’effets positifs à long terme sur la vie des bénéficiaires et de leur entourage ?

- Capacités :

o Le projet contribue-t-il au renforcement des capacités des acteurs locaux et à leur accompagnement vers une autonomie au terme du projet ?

o Les partenaires développent-ils les compétences nécessaires à la mise en oeuvre du projet ?

o Le projet contribue-t-il à la dynamique interne et externe d’apprentissage et d’amélioration des pratiques ?

? Pérennité :

o Le projet a-t-il assuré un transfert auprès d’acteurs institutionnels ou locaux en vue de la poursuite de sa mission ?

 

 

o Le projet va-t-il contribuer à réduire la vulnérabilité de population cibles à renforcer leur capacités de réponses ?

 

3.3.2 Evaluation du MANAGEMENT

 

L’évaluation du management se fera à travers les critères de l’efficacité et la redevabilité.

- L’efficacité : Est-ce que les réalisations atteignent les standards de qualité exigée ? Est-ce que les indicateurs de qualité techniques ont été suivis tout au long de la mise en oeuvre du projet ?

- La redevabilité : Les parties prenantes (et notamment les bénéficiaires) sont-elles informées de façon claire et impartiale sur les résultats et les performances du projet ?

 

3.3.3 Evaluation des ACTEURS

 

Pour évaluer les ACTEURS, les critères de « Participation », « Coopération » et « Ethique » ont été retenus.

- Participation :

o Les bénéficiaires ont-ils accès à des espaces ou processus d’expression (opinions des usagers, mesures de satisfaction) ?

o Les bénéficiaires (notamment les mères éducatrices, les Responsables au niveau régional et national de la Santé en général et de la Nutrition en particulier, les leaders communautaires et communaux) sont-ils en accord avec la définition des priorités dans le cadre de l’intervention proposée, et en comprennent-ils le bénéficie attendu ?

? Coopération :

o Les partenaires, notamment les responsables des Unités de prises en charges de la malnutrition (PCI/PCA, UNRENI/UNRENAS ; CRENI/CRENAS) ainsi que les Directeurs régionaux et les responsables des districts sont-ils régulièrement informés et sont-ils activement dans le processus de décision concernant les orientations et la mise en oeuvre du projet ?

o Les partenaires contribuent-ils activement au succès du projet ?

 

? Ethique : Le projet a-t-il mis en pratique les principes d’humanité, de solidarité, d’impartialité et équité, d’indépendance et d’engagement ?

 

  1. Méthodologie de l’évaluation

 

4.1 Méthode de collecte

Le/la consultant(e) ou le cabinet seront responsables d’établir la méthodologie d’évaluation et les outils nécessaires à la collecte des informations nécessaires. La collecte d’information concernera aussi bien des données qualitatives que quantitatives. L’évaluateur retenu sera aussi en charge de définir les méthodes de collecte et d’analyse adéquates pour présenter au mieux les résultats atteints par le projet.

Les 3 pays seront couverts par l’évaluation et cela nécessitera l’organisation des déplacements y relatifs. Le contrat de prestation précisera les éléments de dépenses exécutés par HI et ceux exécutés par le(a) consultant(e).

Le(a) consultant(e) retenu(e) recevra la documentation relatif au projet

4.2 Acteurs impliqués dans l’évaluation

Au niveau régional, la coordination est assurée par une coordinatrice régionale basée à Niamey. Dans chaque pays des coordinateurs opérationnels assurent le management direct des chefs de Projet, avec le soutien additionnel des coordinateurs techniques, et de la référente technique basée au Burkina Faso. Chaque pays dispose d’une équipe opérationnelle terrain (assistants chefs de projet, chargés Suivi & Evaluation, kinésithérapeutes, travailleurs psychosociaux et animateurs communautaires).

Les équipes terrain travaillent étroitement avec de nombreux acteurs institutionnels et communautaires : les responsables des districts sanitaires, les directeurs/directrices régionaux de la Santé, les points focaux Nutrition, le personnel des centres de santé, les relais communautaires, les mères éducatrices et les bénéficiaires directes entre autres. Ces groupes cibles seront les cibles privilégiées de l’évaluation car en tant que bénéficiaires, ces groupes pourront fournir des informations relatives à la redevabilité, la participation, les effets et impacts du projet.

 

  1. Principes et valeurs

 

L’évaluation sera conduite dans le respect des règles éthiques de Handicap International, et de ses politiques de protection (protection de l’enfance et protection des bénéficiaires contre l’exploitation et les abus sexuels)

Les évaluateurs respecteront la confidentialité des activités, et n’utiliseront ni à leur avantage, ni à celui d’autres personnes, les faits ou informations révélés par leur mission.

  1. Livrables attendus et calendrier proposé

6.1 Livrables

o Un rapport en Français de démarrage précisant la méthodologie et l’organisation de la mission (calendrier) ;

o Un rapport provisoire de l’évaluation en fin de mission terrain contenant un résumé analytique en début de rapport faisant le résumé des résultats essentiels, les leçons apprises et les recommandations ;

o Une restitution à l’atelier de capitalisation du projet ESSPOIR prévu à Ouagadougou les 18 et 19 décembre 2017 ;

o Un rapport final en Français, incluant obligatoirement une synthèse de quelques pages, transmis aussi bien en copie électronique qu’en version papier dans chaque Pays d’intervention du projet.

 

6.2 Dates de l’évaluation

 

Démarrage souhaité : Fin octobre 2017 avec un mois sur le terrain avec maximum 8 jours de consultance terrain consécutifs par pays sans compter les trajets

Date de restitution avec les partenaires : 18 et 19 décembre 2017

  1. Moyens

 

7.1 Expertise recherchée

 

L’évaluation sera conduite par une personne physique ou morale (bureau d’étude ou consultant indépendant), qui sera sélectionnée après un appel d’offre ouvert.

o Titulaire d’un diplôme de niveau universitaire en Santé, sciences sociales ou disciplines connexes;

o Expériences avérées en matière d’évaluation de projet de développement ;

o Maîtrise de la problématique de la lutte contre la malnutrition et situation socio sanitaire en Afrique de l’Ouest ;

o Expérience professionnelle d’au moins 6 à 8 ans est requise ;

o Expérience pratique en matière de gestion et de Suivi & Evaluation de projets ;

o Excellente maîtrise du Français exigée ;

o Excellentes capacités de communication et de travail en équipe ;

o Capacité de rédaction attestée ;

o Disponibilité à se déplacer à l’intérieur des régions ciblées et à travailler sur le terrain, dans des conditions difficiles.

 

Dans chaque région évaluée, le transport en véhicule sur les différents sites de l’évaluation sera pris en charge par Handicap International.

  1. Soumission des offres

 

Les documents relatifs à l’appel d’offres et toute correspondance échangée entre le soumissionnaire et Handicap International doivent être écrits en français. Chaque soumission doit comporter une offre technique et une offre financière.

L'évaluateur est responsable de présenter dans son offre technique et financière l'approche et les méthodologies d'évaluation dans un «plan de travail d'évaluation». La proposition doit être en adéquation avec les normes professionnelles et les critères internationaux et sera validée par le commanditaire avant d'être appliquée par l’évaluateur.

8.1 Offre Technique

o Lettre de soumission signée ;

o Présentation du soumissionnaire (CV à jour) et document légal d’enregistrement ;

 

o Organisation et méthodologie de mise en oeuvre de l’évaluation des services demandés ;

o Avis sur les principaux sujets relatifs à la réalisation des objectifs de l’évaluation et des résultats escomptés ;

o Explication des risques et des hypothèses ayant une incidence sur l'exécution de l’évaluation ;

o Aperçu de l'approche proposée pour la mise en oeuvre de l’évaluation ;

o Liste des activités proposées considérées comme nécessaires pour atteindre les objectifs de l’évaluation ;

o Calendrier, chronologie et durée des activités proposées, en tenant compte du temps de mobilisation ;

o Identification et répartition dans le temps des principales étapes de l'exécution de l’évaluation, en précisant notamment comment les résultats obtenus seront pris en compte dans les rapports, en particulier dans ceux stipulés dans les termes de référence.

 

8.2 Offre financière

 

Le budget proposé doit faire apparaître au minimum :

? Honoraires : tous les honoraires doivent comprendre : la rémunération effective de l’expert, par jour de travail

? Les déplacements par voie aérienne entre pays, les frais d’hébergement selon les standards HI, visa si besoin

? Les frais de communication et de reproduction

? La marge, qui couvre les frais généraux du prestataire, et les structures de soutien si besoin.

 

NB : Handicap International prendra en charge le transport en véhicule sur les différents sites de l’évaluation ainsi que les liaisons aérienne (Niamey – Maradi / Bamako – Tombouctou), la liaison terrestre (Ouagadougou – Dori) et la participation à l’atelier de restitution.

8.3 Adresse d’envoi

 

Les offres doivent être envoyées par mail avec la référence « Evaluation ESSPOIR » avant le 13 octobre 2017, 16h (GMT) à l’adresse electronique suivante :

recrutement.niger@hi-burkinaniger.org

Seuls les candidats qualifiés seront contactés. Aucune question ne sera répondue au cours de la période de soumission.

Aucun dossier ne sera restitué aux soumissionnaires.