Amélioration de l'insertion socio-économique des femmes et des jeunes dans le secteur de l'économie rurale, particulièrement sensible à la crise alimentaire, économique et sociale dans la région de Kayes. tir les droits fondamentaux des populations les plus vulnérables de la région de Kayes, en mettant l'accent sur le renforcement de la résilience aux effets structurels et conjoncturels de l'insécurité alimentaire (Mali) TERMES DE RÉFÉRENCE EVALUATION INTERMEDIARE MPDL-AECID 18-C01-1057 1 TERMES DE RÉFÉRENCE EVALUATION INTERMEDIAIRE EXTERNE DU PROGRAMME « Amélioration de l'insertion socio-économique des femmes et des jeunes dans le secteur de l'économie rurale, particulièrement sensible à la crise alimentaire, économique et sociale dans la région de Kayes.» Code. 18-CO1-1057 Mouvemente pour la Paix (MPDL) financé par l´Agence Espagnole de Coopération Internationale au Développement (AECID) Amélioration de l'insertion socio-économique des femmes et des jeunes dans le secteur de l'économie rurale, particulièrement sensible à la crise alimentaire, économique et sociale dans la région de Kayes. Termes de Référence Evaluation Intermédiaire Externe Convention MPDL-AECID 18-C01-1057 2 Índice 1.- INTRODUCTION...........................................................................................................3 2.- OBJET DE L’EVALUATION ET ANTECEDENTS..................................................................4 3-ACTEURS IMPLIQUES ....................................................................................................8 4. COUVERTURE DE L'ÉVALUATION....................................................................................9 5.-DES QUESTIONS ET DES CRITÈRES D'ÉVALUATION........................................................11 6. MÉTHODOLOGIE ET PLAN DE TRAVAIL..........................................................................15 7.- DOCUMENTS ET SOURCES D’INFORMATION: ................................................................16 8. STRUCTURE ET PRÉSENTATION DU RAPPORT D'ÉVALUATION. ........................................16 9.- ÉQUIPE D´EVALUATION. .............................................................................................17 10.- CLAUSE DEONTOLOGIQUES......................................................................................18 11.- DELAI POUR LA REALISATION DE L'EVALUATION..........................................................18 12. BUDGET ESTIMATIF ..................................................................................................19 13.-PRÉSENTATION DE L'OFFRE TECHNIQUE ET ECONOMIQUE. ..........................................19 ANNEXES .....................................................................................................................20 Amélioration de l'insertion socio-économique des femmes et des jeunes dans le secteur de l'économie rurale, particulièrement sensible à la crise alimentaire, économique et sociale dans la région de Kayes. Termes de Référence Evaluation Intermédiaire Externe Convention MPDL-AECID 18-C01-1057 3 1.- INTRODUCTION 1.1 Objet d'évaluation : L'objet est d'évaluer la Convention 18-CO1-1057: «Amélioration de l'insertion socio-économique des femmes et des jeunes dans le secteur de l'économie rurale, particulièrement sensible à la crise alimentaire, économique et sociale dans la région de Kayes », financé par l'Agence Espagnole de Coopération Internationale pour le Développement (AECID) et mis en œuvre par le Mouvement pour la Paix-MPDL, ONG espagnole. La Convention a commencé le 01/01/2019 et dure 4 ans. 1.2. Type d'évaluation : Il s'agit d'une Évaluation intermédiaire externe qui sera réalisée dans la région de Kayes dans les Cercles de Diéma et Kita constituant la zone d'intervention de la Convention et sur les activités mises en œuvre pendant les deux premières années du programme : l’année 1 (PAC 2019) et l’année 2 (PAC 2020). 1.3. Justification et raisons de l'évaluation : L’AECID a concédé à travers la Résolution du 28 octobre 2018, une subvention à MPDL, d’un montant total de deux millions cinq cent mille euros (2 500 000 €) pour la réalisation du Programme 18-CO1-1057, cité antérieurement. La subvention est soumise à la normative suivante : ? l'Ordre de 2 de julio de 2009 (BOE núm. 183 de 30 de julio), par lequel les bases sont réglées pour la concession de subventions en matière de coopération internationale pour le développement, AECID mediante Resolución de la Presidencia de la AECID Pour l’accomplissement d´une telle normative, MPDL souhaite contracter des services d'Évaluation Intermédiaire Externe du Programme 18-CO1-1057. 1.4 Objectifs généraux : L'objectif principal de l'évaluation est de connaître et d'analyser, d'une façon participative, dans quelle mesure le développement des activités du projet a contribué à l'accomplissement des résultats obtenus et, à la fois, la contribution des dits résultats à l’obtention des objectifs de l’intervention. De la même façon, il est recherché, l'évaluation de la capacité du MPDL et des partenaires locaux (ACOD et AFLN) pour réaliser ladite intervention et la possibilité d'améliorer les actions futures de manière conjointe. Les objectifs spécifiques sont: analyser la gestion, les actions du projet et les déviations possibles. L'alignement aura pour but l´analyse des politiques nationales sectorielles. L'intégration effective sera appréciée au niveau de la planification technique et financière des activités dans les structures (groupements de femmes, jeunes hommes, CAFOs, microentreprises, etc. ) et, l'appropriation des activités par les communautés. On assurera que la vision stratégique et sectorielle de l'AECID est prise en compte dans l'évaluation des activités et dans les recommandations pour l’intervention actuelle et d’autres dans le futur. 1.5 Usage et expectatives de l'évaluation : Le critère général du MPDL est que toutes les évaluations au sein des interventions doivent respecter les trois objectifs suivants: - l’amélioration des projets ou d'actions exécutées, - tirer davantage de leçons apprises des expériences précédentes pour les activités futures, Amélioration de l'insertion socio-économique des femmes et des jeunes dans le secteur de l'économie rurale, particulièrement sensible à la crise alimentaire, économique et sociale dans la région de Kayes. Termes de Référence Evaluation Intermédiaire Externe Convention MPDL-AECID 18-C01-1057 4 - le rendre de comptes aux donateurs, l’opinion publique et tous ceux qui sont impliqués dans les processus de développement, tant en Espagne que dans les pays récepteurs. Dans le cas concret de l'évaluation intermédiaire externe de la Convention 18-CO1-1057, MPDL veut réaliser une évaluation qui a aussi un caractère formatif, afin de garantir l'apprentissage pour l’amélioration de l'intervention; comme un caractère extra, avec l'objectif d'analyser l´atteinte des résultats obtenus à la fin de la période analysée, ainsi que les objectifs finaux. 2.- OBJET DE L’EVALUATION ET ANTECEDENTS : 2.1. Objet de l'évaluation Le programme est intitulé « Amélioration de l'insertion socio-économique des femmes et des jeunes dans le secteur de l'économie rurale, particulièrement sensible à la crise alimentaire, économique et sociale dans la région de Kayes, au Mali ». À cette fin le projet vise à améliorer l´insertion économique sociale des femmes et jeunes hommes dans les communes suivantes : dans le cercle de Kita à Sébékoro, Krounikoto, Djougoun, Séféto Ouest, Séféto Nord et dans le cercle de Diéma, à Diangounté Camara, Madiga Sacko et Diéma. Les principaux bénéficiaires du projet sont les femmes et les jeunes hommes dans les communautés des zones d'intervention en ce qui concerne les titulaires de droits directs. Le projet aura également un impact indirect sur le reste de la population dans la zone d’intervention. Afin d'atteindre les objectifs du projet, la Convention a fourni quatre domaines d'action: ? Amélioration de la rentabilité des chaînes de valeur agroalimentaires en expansion, destinées aux femmes et aux jeunes menacés d'exclusion socio-économique. ? Amélioration des processus de commercialisation sur le marché national et régional des chaînes de valeur agricoles en vue de l'expansion des jeunes et des femmes menacés d'exclusion socio- économique. ? Augmentation des possibilités d'emploi dans le secteur de l'économie rurale non agricole grâce à la mise en place de microentreprises de jeunes et de femmes menacés d'exclusion socio- économique. ? Amélioration de la stabilité socio-économique de la population bénéficiaire de la zone d'intervention grâce à l'accès à l'investissement et à l'alphabétisation, la promotion d'une culture de la paix, la diffusion des connaissances sur le phénomène de la migration par les acteurs territoriaux et le renforcement des OSC dans la zone d'intervention. 2.2. Logique d'intervention : Le cadre logique global de l’intervention du programme pour les 4 ans se présente en document annexe. . Amélioration de l'insertion socio-économique des femmes et des jeunes dans le secteur de l'économie rurale, particulièrement sensible à la crise alimentaire, économique et sociale dans la région de Kayes. Termes de Référence Evaluation Intermédiaire Externe Convention MPDL-AECID 18-C01-1057 5 2.3 Contexte institutionnel : L'action est entièrement intégré dans le contexte, les caractéristiques de l'insécurité alimentaire, des stratégies et des programmes au Mali: cadre stratégique pour la croissance et la réduction de la pauvreté (CSCRP); Stratégie nationale de sécurité alimentaire (Le Plan d'urgence et de redressement pour la mise en œuvre de l'Accord de paix et de réconciliation au Mali (PUR) (période intérimaire 2015-2017). Plan d'action national du Mali 2015-2017 pour la mise en œuvre de la résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations unies sur les femmes, la paix et la sécurité. Politique nationale de migration : La nécessité d'améliorer les connaissances sur la migration, de prévenir la migration irrégulière, d'intégrer la migration et le genre et de promouvoir l'insertion socio-économique des jeunes est mise en évidence par les Plans communaux de développement social, politique et culturel (PSDEC) et les Plans de développement social au niveau du cercle. Ces documents incluent comme priorités la promotion des activités agricoles et d'élevage et l'accès au crédit, à l'équipement et à la formation. Politique de développement agricole : La politique agricole met l'accent sur l'importance des systèmes d'irrigation, l'intensification et la dynamisation du secteur, la promotion des coopératives et l'accès aux marchés, ainsi que la réduction du taux de chômage des jeunes et des femmes. 2.4 Historique : MPDL est actif au Mali depuis 2007 dans les secteurs du développement rural et de la migration, de la sécurité alimentaire, de la santé et de la nutrition, de l'eau, de l'assainissement et du genre. Presque toutes les actions ont été mises en œuvre à Kita et Diema (région de Kayes) et ont comme thèmes transversaux les droits de l'homme, le genre et l'environnement. Les bailleurs de fonds sont l'AECID, le PAM, l'UNICEF, l'AACID et d'autres agences de coopération décentralisée. MPDL, un acteur travaillant dans le domaine de l'aide humanitaire et du développement, applique l'approche du lien, où les interventions se renforcent mutuellement, ce qui leur donne une valeur ajoutée. L'EMPLOI DANS LE SECTEUR AGRICOLE : Les capacités organisationnelles et techniques de l'agriculture ont été renforcées dans 17 communes et 83 groupements d'intérêt économique ont été créés, dont 31 avec des comptes dans des instituts de microfinance. En ce qui concerne l'irrigation, 3 réservoirs ont été construits pour la riziculture (49,5 ha) et 36 périmètres horticoles (41 ha) ont été installés. L'EMPLOI DANS LE SECTEUR NON AGRICOLE : Un soutien a été apporté au renforcement de la CAFO de Kita, qui comprend environ 1 300 femmes issues de 90 organisations. Ce renforcement a contribué à l'insertion sociale et professionnelle des femmes, à la mobilisation de ressources et à un plus grand impact du secteur féminin dans l'économie rurale. MIGRATION : Mise en œuvre de la Convention de l'AECID de 2007 sur le co-développement, avec des actions de renforcement associatif (Espagne et Mali) et de sensibilisation aux risques de l'émigration, montrant que le développement dans les pays d'origine est une alternative à l'émigration. Dans cette ligne, un projet est mis en œuvre avec les fonds de l'AACID à Kita, dont les thèmes sont axés sur le développement et l'amélioration de la gestion des migrations. L'ALPHABÉTISATION ET LA CULTURE DE LA PAIX : Les actions d'alphabétisation sont incluses dans tous les programmes de MPDL, de la stratégie de développement et de la durabilité. En outre, 56 comités ont été créés pour gérer les conflits socio-environnementaux et l'arbitrage. Amélioration de l'insertion socio-économique des femmes et des jeunes dans le secteur de l'économie rurale, particulièrement sensible à la crise alimentaire, économique et sociale dans la région de Kayes. Termes de Référence Evaluation Intermédiaire Externe Convention MPDL-AECID 18-C01-1057 6 2.5 Partenaires locaux : ACOD : En 2003, l'ACOD a commencé à travailler au renforcement de la chaîne de valeur du karité dans la commune rurale de Siby : production, transformation et commercialisation. Depuis lors, elle a créé 5 centres de production de beurre de karité dans les régions de Koulikoro, Sikasso et Kita, qui comptent aujourd'hui un total de 4 500 producteurs. Les domaines de spécialisation de l'ACOD comprennent : le transfert de compétences techniques et commerciales aux organisations communautaires, l'amélioration de la gestion des ressources naturelles au niveau communautaire, la promotion de la participation des acteurs locaux aux processus de décentralisation et la promotion de l'investissement comme outil de lutte contre la pauvreté. AFLN : est une ONG locale qui a une expérience dans la zone d'intervention du projet dans les domaines de l'alphabétisation et l'éducation non formelle; Traduction de documents dans la langue locale et le développement de plans socio-économiques et culturels et aussi des compétences dans le cadre de la sensibilisation sur les maladies de transmission sexuelle et le VIH SIDA. Dans le domaine de l'alphabétisation fonctionnelle, AFLN est responsabilisé pour la mise en place. 2.6 Socio-économique Le Mali est un vaste pays sahélo-saharien de 1 241 238 km situé en Afrique de l'Ouest. Les pays limitrophes sont la Côte d'Ivoire, le Sénégal, la Guinée, le Burkina Faso, le Niger, la Mauritanie et l'Algérie. Elle compte 18 000 000 d'habitants dont 49,93 % sont des femmes et plus de 70 % vivent dans les zones rurales. Le Mali compte 10 régions administratives, 49 cercles, un district, 703 communes et 1 540 villages. Une vingtaine de groupes ethniques partagent une longue tradition de cohabitation. L'Islam est la religion la plus pratiquée, environ 90% de la population est musulmane. Les 10 % restants sont des chrétiens et des animistes. Le taux d'alphabétisation est de 31 % (41,5 % d'hommes et 21,5 % de femmes). 56% de la population est en âge de travailler, cependant, leur insertion sur le marché du travail n'est pas toujours possible, de nombreux jeunes décident donc d'entreprendre leur voyage migratoire vers l'Europe, à la recherche d'un avenir offrant de plus grandes perspectives. Le Mali a un taux de dépendance de 100 % ; sur 100 personnes en âge de travailler, il y a 100 inactifs qui sont à leur charge. Le nombre de personnes actives dans l'agriculture et l'élevage est de 75% grâce à une multitude de petites exploitations familiales. Le développement des activités agricoles, la mise en place et le renforcement des chaînes de valeur agroalimentaires sont les seuls moyens d'assurer la stabilité socio-économique du Mali. En effet, c'est une puissante source d'emploi. Selon une étude de l'AGRA de 2011, une augmentation de 1 % du PIB agricole par habitant réduirait la pauvreté 5 fois plus qu'une augmentation de 1 % du PIB par habitant dans tout autre secteur, en particulier parmi les populations les plus pauvres et les plus vulnérables (Stratégie du groupe de la Banque pour l'emploi des jeunes en Afrique 2016-2025, BAD). Le Mali reste l'un des pays les plus pauvres du monde, classé 176e sur 188 selon l'indice de développement humain 2016, avec la moitié de sa population vivant dans la pauvreté, en particulier dans les zones rurales. Les cercles de Diema et Kita sont situés dans la partie sud-ouest de la République du Mali, dans la région de Kayes. Ensemble, ils représentent une superficie de 4 % du territoire national et de 40 % du territoire régional. La population totale des deux cercles est estimée à 632 753 habitants regroupés dans 48 communes (15 à Diema et 33 à Kita). Comme dans le reste du pays, l'environnement politique du cercle est Amélioration de l'insertion socio-économique des femmes et des jeunes dans le secteur de l'économie rurale, particulièrement sensible à la crise alimentaire, économique et sociale dans la région de Kayes. Termes de Référence Evaluation Intermédiaire Externe Convention MPDL-AECID 18-C01-1057 7 marqué par le processus de décentralisation initié par l'Etat en 1993, qui donne aux cercles et aux communes des compétences en matière de développement rural et communautaire. Au Mali, la dépendance à l'égard de l'élevage se traduit par une croissance dans les zones rurales les plus reculées, ce qui augmente les distances par rapport aux zones de concentration des services. Dans le même temps, le commerce dans ces régions est moins viable en raison, entre autres, des coûts de transport élevés et du manque d'accès aux marchés. L'émigration est essentiellement masculine, ce qui a un fort impact sur la structure des ménages : dans les zones rurales, un ménage sur dix est dirigé par une femme, dans les zones urbaines, cette proportion est d'un ménage sur six. Parallèlement, il existe un phénomène de migration interne des jeunes filles, qui quittent les régions rurales pour aller travailler dans les villes. La persistance des crises économiques, l'augmentation du chômage des jeunes et le manque de réelles possibilités d'emploi, entre autres causes, ont augmenté les taux de migration, et de nombreux pays d'accueil ont durci leurs conditions d'entrée et de séjour. Ces difficultés ont conduit de nombreux jeunes du Mali et des pays voisins à se lancer dans la migration par des voies irrégulières. Le corollaire de cette situation est un drame humanitaire sans précédent dans l'histoire des migrations et des mouvements humains avec la perte de vies humaines en Méditerranée sur une base quasi quotidienne. Les crises politiques en Libye, en Côte d'Ivoire, en République centrafricaine, etc. ont produit plusieurs vagues de rapatriements, de retours et d'expulsions. Le secteur agricole est un pilier de l'économie malienne. Il emploie les trois quarts de la population active, contribue au PIB à hauteur de 40 % et représente 20 % des exportations du pays. Hormis les exploitations situées sur des périmètres irrigués, la plupart des cultures et des zones agricoles sont tributaires des précipitations annuelles. Les récoltes peuvent donc varier considérablement d'une année à l'autre. Le Mali, comme tous les pays de la bande sahélienne, est fortement touché par le changement climatique, en particulier par la sécheresse. L'analyse des besoins humanitaires pour 2021 révèle un niveau élevé d'instabilité dans les régions du nord, centre et ouest du pays en raison de la présence de groupes armés et de tensions intracommunautaires Au Mali, la situation sécuritaire continue de se détériorer. En plus du contexte sécuritaire déjà fragile du pays, cette année 2020 a vu les effets socio-économiques dévastateurs du Covid-19, et une crise politique et sociale qui s'est terminée par un coup d'État en juillet. Malgré le rétablissement de la "normalité" dans le pays, l'absence d'un gouvernement légitime permet aux groupes extrémistes de proliférer et d'atteindre de plus en plus de régions du pays. La situation des filles et des femmes reste préoccupante avec des épisodes répétés de viols et d'agressions sexuelles, surtout depuis l'instabilité accrue résultant des actions des groupes armés. En outre, la participation des femmes à la vie publique et politique reste très faible malgré l'adoption et la promulgation, fin 2015, de la loi n° 052, qui a introduit un quota de 30 % de femmes dans les services publics. À cet égard, il convient de noter l'absence de législation interdisant les mutilations génitales féminines, laissant ce travail aux ONG internationales. Amélioration de l'insertion socio-économique des femmes et des jeunes dans le secteur de l'économie rurale, particulièrement sensible à la crise alimentaire, économique et sociale dans la région de Kayes. Termes de Référence Evaluation Intermédiaire Externe Convention MPDL-AECID 18-C01-1057 8 3-ACTEURS IMPLIQUES 3.1 Les agents impliqués dans l'intervention Liste des informateurs clés: ENTITÉ ACTEURS AECID/OTC Mali ? Coordinateur . ? Responsable des Programmes de la sécurité alimentaire et du développement rural. ? D'autres fonctionnaires qui veulent participer. MPDL ? Chef de mission MPDL au Mali. ? Responsable de projets et programmes. ? Une Administratrice général de mission à Bamako. ? Deux coordinateurs de l´agriculture et l´élevage ? Une responsable de migration et culture de paix. ? Un responsable de la construction ? 6 Agents de développement communautaire. ? Logistique. ACOD et AFLN ? Un coordinateur de ACOD ? Un superviseur de ACOD ? Un coordinateur technique AFLN. ? Un superviseur AFLN. ? Animateurs de Centres d'alphabétisation. Bénéficiaires. ? Communautés bénéficiaires. ? Les associations de producteurs/ trices. ? Le centre de karité et les bâtiments de warrantage ? Les écoles (enseignantes et étudiantes). ? Les chefs traditionnels et les chefs religieux. ? Les agents communautaires. ? Les clubs de migration et culture de paix. ? OSC Institutions publiques impliquées ? Les maires des communes d'intervention. ? Services techniques déconcentrés de l'Etat (agriculture, l'hydraulique, le développement social, etc.). ? Conseil régional du Cercle et de la communauté. ? CAFOs. ? Universités écoles ? Préfecture, et Conseil de cercle. Amélioration de l'insertion socio-économique des femmes et des jeunes dans le secteur de l'économie rurale, particulièrement sensible à la crise alimentaire, économique et sociale dans la région de Kayes. Termes de Référence Evaluation Intermédiaire Externe Convention MPDL-AECID 18-C01-1057 9 3.2 Les Acteurs impliqués dans l'évaluation Pour le suivi de l’évaluation, il sera créé une commission dont les tâches seront : ? Sélection du consultant ou de l'équipe de consultants pour l’évaluation. ? Révision et validation du calendrier définitif, de la planification du travail et de la méthodologie et des outils proposés par le(s) consultant(s). ? Fournir toute la documentation et informations nécessaires à l'équipe d'évaluation. ? Faciliter les contacts des acteurs à rencontrer par l'équipe d'évaluation pendant la phase de travail sur le terrain. ? Analyse et validation du rapport final rédigé par l'équipe d'évaluation. Cette commission sera composée de : • Chef MPDL de Mission au Mali. • Responsable des projets et programmes MPDL • Représentant de ACOD • Représentant AFLN. Le Bureau Technique de Coopération (OTC) de Mali sera invité à participer dans cette Commission de Suivi de l’évaluation. L’OTC sera également informé lors de la phase initiale et finale du travail de terrain. 4. COUVERTURE DE L'ÉVALUATION Localisation géographique Organisation Région Département Communes Mouvement pour la PaixMPDL Région de Kayes Kita Sefeto Nord Sefeto Ouest Kourouninkoto Djougoun Sébékoro Diéma Madiga Sacko Diangounté Camara Diéma Parmi les titulaires de droits des 9 communes, on a: 1. Bénéficiaires des groupes productives des chaînes de valeur : a) Périmètres horticoles : 17 périmètres irrigués b) Elevage et poulet : 364 jeunes hommes c) Arachide : 800 bénéficiaires et 6 entrepôts à travers le warrantage Amélioration de l'insertion socio-économique des femmes et des jeunes dans le secteur de l'économie rurale, particulièrement sensible à la crise alimentaire, économique et sociale dans la région de Kayes. Termes de Référence Evaluation Intermédiaire Externe Convention MPDL-AECID 18-C01-1057 10 d) Karité 400 femmes et le mise en place d´une unité de transformation de beurre de karité et sousproduits. 2. Groups prometteurs de production technique, commercial et économique des chaines de valeur : 3. CAFO´s de Kita et Diema 4. Micro entreprises adressés à 10 groupements de de la CAFos et 20 jeunes hommes dans le cadre du secteur pas agricole. 5. Clubs de promoteurs/trices de culture de paix et migration dans les 25 villages 6. Leaders et chefs de villages et Maires des communes 7. Population des villages d´ intervention 8. Ecoles sensibilisées à Kita et Diema 9. OSC participents, entre d´autres. En raison du nombre élevé de bénéficiaires, un échantillon représentatif pour l'évaluation sera choisi, étant contenu dans le document d'évaluation du nombre total de participants et les peuples objet de la visite d'évaluation, en essayant d'atteindre le plus grand nombre possible d'entre eux. Partenaire local Entité Partenaires locaux Mouvement pour la Paix-MPDL ACOD Netaso AFLN Association des Formateurs en Langues Nationales Secteurs d´intervention Secteur CRS (Creditor Reporting System) principal 4304001 Projets de développement rural intégré dans le changement climatique D´autres secteurs 11230 Formation de base pour les jeunes et les adultes 11330 Formation professionnelle 3112000 Développement agricole 31150 Intrants agricoles Résume budgétaire DONNE ECONOMIQUES Coût Total de la Convention 2.595.000 € Financement AECID: 2.500.000 € D´autres apports 95.000 € D´autres apports privées 0 € Amélioration de l'insertion socio-économique des femmes et des jeunes dans le secteur de l'économie rurale, particulièrement sensible à la crise alimentaire, économique et sociale dans la région de Kayes. tir les droits fondamentaux des populations les plus vulnérables de la région de Kayes, en mettant l'accent sur le renforcement de la résilience aux effets structurels et conjoncturels de l'insécurité alimentaire (Mali) TERMES DE RÉFÉRENCE EVALUATION INTERMEDIARE MPDL-AECID 18-C01-1057 11 Période à évaluer Du 1er janvier 2019 au 31 décembre 2020 PAC 2019 Janvier-Décembre 2019 PAC 2020 Janvier-Décembre 2019 5.-DES QUESTIONS ET DES CRITÈRES D'ÉVALUATION. 5.1. Des questions générales de l'évaluation : L'évaluation de l'accomplissement des résultats sera réalisée en fonction des indicateurs du cadre logique global des 4 ans, ce qui permettra de mesurer l’atteinte des résultats à mi-parcours du programme. Les questions clé se référeront principalement au moment intermédiaire dans lequel on réalise l’évaluation (validation ou rejet des hypothèses initiales ; évolution de la situation du projet depuis le début jusqu’à la moitié de sa période d’exécution) et servira pour analyser la pertinence du cadre logique de l’intervention, la qualité des indicateurs, etc. Par ailleurs, on analysera l’atteinte des objectifs et la répercussion que la Convention a eue en tant que projet et avec la gestion des ressources humaines et matérielles. L'intervention sera analysée à partir de la conception originale et de son adaptation pendant la vie du projet jusqu'au moment de l’évaluation (moitié de la période d’exécution du projet) avec une attention spéciale aux indicateurs. Ensuite, il sera analysé les processus ou les mécanismes de gestion de l'intervention, ainsi que les choix méthodologiques et ses alternatives. Une attention particulière sera donnée sur l’alignement de l’approche de mise en œuvre du programme en lien avec les politiques sectorielles du pays et l'harmonisation avec d'autres partenaires. Enfin, il sera mesuré les résultats ou les effets de l'intervention. 5.2 Des critères d'évaluation L'évaluation du projet se fera selon la matrice ci-dessous dans laquelle les questions clés seront analysées conformément aux critères suivants : Questions clés Questions clés de l’évaluation COUVERTURE • Est-ce que les critères de sélection des bénéficiaires ont été définis d'une façon consensuelle et est-ce qu’ils ont contribué à ce que cette sélection soit transparente ? • Est ce que les groupements sélectionnés dans le cadre de cette intervention sont les plus pertinents pour atteindre nos objectifs ? • En tenant en compte les ressources du projet, à quel point le niveau de couverture est considéré comme adéquat? • Est-ce que les bénéficiaires de l’intervention sont différents ou ils ont changé par rapport à ceux qui ont été identifiés pendant la conception du projet ? Amélioration de l'insertion socio-économique des femmes et des jeunes dans le secteur de l'économie rurale, particulièrement sensible à la crise alimentaire, économique et sociale dans la région de Kayes. Termes de Référence Evaluation Intermédiaire Externe Convention MPDL-AECID 18-C01-1057 12 • Est ce qu’on a mis en place des mécanismes pour faciliter l'accès aux bénéficiaires des services d’intervention ? PARTICIPATION • Les autorités administratives et communales participent-elles dans le processus de mise en œuvre des actions ainsi que l’évaluation des effets, pour mieux orienter les actions futures ? • Les acteurs clés communautaires sont –ils impliqués dans le processus de mise en œuvre et d’évaluation des actions mises en œuvre ? • La mise en œuvre du programme est-faite de façon participative avec l’implication des acteurs de mise en œuvre notamment les partenaires locaux et les personnes bénéficiaires ? • Quel a été le degré de participation des groupes cibles dans la préparation de l'action et sa mise en œuvre ? APPROPRIATION • Les comités de gestion des différentes activités des actions du programme ont-ils mis des dispositions internes pour la gestion de leurs patrimoines ? • Les femmes bénéficiaires membres des groupements bénéficiaires des actions du programme ont-elles mis des dispositions internes pour la gestion de leurs patrimoines ? • Les hommes bénéficiaires des actions du programme ont-ils mis des dispositions internes pour la gestion de leurs patrimoines ? • Les structures communautaires mises en place/redynamisées sont-elles préparées à assumer leur rôle et fonction au sein de la communauté ? CAPACITÉ D´AUTONOMIE • Les bénéficiaires connaissent-ils leurs droits à la participation socioéconomique et politique de leurs communautés • Les communautés bénéficiaires sont-elles favorables à une plus grande implication des femmes dans le développement socioéconomique de leurs communautés • Les femmes membres des associations sont –elles disposées à prendre des décisions en lien avec la vie socioéconomique de leur groupement ? • Les communautés bénéficiaires sont-elles favorables à une plus grande implication des jeunes hommes dans le développement socioéconomique de leurs communautés • Les jeunes hommes membres des associations sont –ils disposés à prendre des décisions en lien avec la vie socioéconomique de leur groupement ? PERTINENCE • Est-ce que les actions développées dans l'intervention ont touché les bénéficiaires cibles ? • Est-ce que les actions développées dans l'intervention ont touché les priorités et besoins des populations cibles ? • A quel point l´intervention est pertinente par rapport aux besoins et priorités des bénéficiaires cibles ? • Est-ce que l´intervention est cohérente avec les politiques publiques ? Est-elle intéressante pour les partenaires et les institutions publiques ? • Quels sont les mécanismes utilisés au plan national et local pour assurer la coordination, l'échange d´information et la synergie avec d'autres acteurs dans la zone, en évitant la duplicité des actions ? Amélioration de l'insertion socio-économique des femmes et des jeunes dans le secteur de l'économie rurale, particulièrement sensible à la crise alimentaire, économique et sociale dans la région de Kayes. Termes de Référence Evaluation Intermédiaire Externe Convention MPDL-AECID 18-C01-1057 13 EFFICACITÉ • Est-ce que les indicateurs prévus permettent-ils de mesurer de manière adéquate l’atteinte des résultats et des objectifs ? • Est-ce que les actions menées sont appropriées pour l´obtention des résultats / objectifs du projet ? • Les résultats et les objectifs ont-ils été atteints au degré attendu ? • L’objectif spécifique et les résultats ont-ils bien désignés ? EFFICIENCE • Le projet a-t-il eu les moyens matériels et humains nécessaires / adéquats pour sa bonne marche ? • Est-ce que les ressources financières (budget) établis initialement ont été respectées ? • Est-ce que le chronogramme et les temps prévus lors de la formulation ont été respectés ? • Est-ce qu’on aurait pu atteindre les résultats avec moins d’argent ou dans moins de temps ? IMPACT • Est-ce que l’intervention est en train de produire les effets positifs prévus chez les bénéficiaires ? • Est-ce que les impacts positifs sont les résultats directs de l’intervention ou ils se seraient produits aussi de toutes les façons ? • Quels sont les impacts (positifs ou négatifs) qui se sont produits lors de l’exécution du programme (bénéficiaires direct et indirects) ? Est-ce que le projet a adopté des mesures pour corriger les impacts négatifs, au cas où ils existent ? • Est-ce qu’il y a des impacts sur les besoins pratiques des femmes bénéficiaires ? • Est-ce qu’il y a des impacts sur les besoins pratiques des jeunes hommes bénéficiaires? • Quel a été l'impact du projet sur la situation des femmes (participation, prise de décisions, sa position dans la communauté etc..)? • Est-ce qu´il a des impacts négatifs non prévus qui affectent les femmes dans les villages bénéficiaires ? • Quel a été l'impact du projet sur la situation des jeunes hommes (participation, prise de décisions, leur position dans la communauté etc..)? • Est-ce qu´il a des impacts négatifs non prévus qui affectent les jeunes hommes dans les villages bénéficiaires? • Quels sont les aspects qui pourraient s’améliorer pour avoir un plus grand impact chez les bénéficiaires dans les phases suivantes de l’intervention? DURABILITÉ • A quel point les changements identifiés dans le projet sont ou seront durables après l’intervention? • Les partenaires locaux qui exécutent le projet auront-ils les ressources et les capacités nécessaires pour permettre la poursuite des activités ? Aurait-il une appropriation des résultats du projet? • A quel point se sont développées les capacités locales et/ou nationales? • L’accès aux ressources et les revenus des bénéficiaires ont été améliorés ? • On a respecté les traditions et la culture dans l’exécution du programme ? • Quelles stratégies à long terme ont été prises en compte afin d’assurer la durabilité des actions ? • Quels sont les facteurs qui affectent la durabilité de chacune des axes d´intervention : priorités politiques, technologie appropriée, aspects socio- culturels Amélioration de l'insertion socio-économique des femmes et des jeunes dans le secteur de l'économie rurale, particulièrement sensible à la crise alimentaire, économique et sociale dans la région de Kayes. Termes de Référence Evaluation Intermédiaire Externe Convention MPDL-AECID 18-C01-1057 14 ou environnemental, approche de genre, capacité institutionnelle et de gestion, facteurs économiques et financières et appropriation des bénéficiaires ? METHODOLOGIE APPLIQUEE • Est-ce que le projet a été conçu avec clarté et cohérence (pertinence et clarté du cadre logique, pertinence et réalisme des objectifs, qualité des indicateurs, logique de l’intervention, alignement avec les stratégies et politique de l’état, allocation des ressources humaines et financières, etc.) ? • Quelle est la pertinence du système de suivi évaluation et les apprentissages mis en place ? Les informations collectées justifient-elles l’investissement mis dans le système ? Quelle est la valeur ajoutée du système de suivi mis en place sur la gestion du programme (coordination, suivi des activités, suivi des indicateurs, apprentissages, etc.) ? Il convient de noter que, comme il y a deux zones cibles avec des caractéristiques différentes, il faudrait analyser, préciser et comparer les différents critères pour chacune des deux zones et même entre communes d´intervention. Cette matrice sera discutée avec l'équipe d’évaluation et elle est susceptible d’être modifiée, pouvant donner comme résultat une autre matrice sans que pour cela on réduise les critères sélectionnés. En plus de cette matrice, la fiche d’évaluation du CAD (Comité d’Aide pour le Développement) devra être dûment remplie selon le modèle présenté en annexe. D’autres critères supplémentaires peuvent être pris en compte tel que : cohérence, alignement, capacité institutionnelle, participation, visibilité, entre autres. Pour orienter l'évaluation, en plus des critères mentionnés, on considère sept facteurs de développement, en avec le contexte dans lequel on insère l'intervention : • Politiques d’appui: analyse de la relation de l'intervention avec les politiques et les stratégies d'autres acteurs. • Aspects institutionnels: analyse de la stratégie pour doter les récepteurs du projet des capacités nécessaires pour gérer l’intervention et la rendre durable. • Aspects (Apparences) socioculturels: analyse de l'adéquation et des impacts du projet dans le système social récepteur. • Approche de genre dans le développement: analyse de l'impact du projet dans les relations de genre et dans la promotion de l'égalité entre les sexes. • Facteurs technologiques: analyse de l'adéquation de la technologie - dans son plus ample sens - employée par le projet au contexte de l'intervention. • Facteurs environnementaux: analyse de l'impact du projet dans l'environnement local. • Facteurs économiques et financiers: analyse de la viabilité économique du projet. L'évaluation devra aussi réaliser une analyse du contexte dans lequel l'intervention a été exécutée, en tenant en compte la relation de l'aide au moment où l'action a été conçue, ainsi que les changements possibles qui se sont produits pendant son exécution et l'état dans lequel elle se trouve actuellement Amélioration de l'insertion socio-économique des femmes et des jeunes dans le secteur de l'économie rurale, particulièrement sensible à la crise alimentaire, économique et sociale dans la région de Kayes. Termes de Référence Evaluation Intermédiaire Externe Convention MPDL-AECID 18-C01-1057 15 6. MÉTHODOLOGIE ET PLAN DE TRAVAIL L’équipe chargée de l’évaluation sera choisie sur la base de la qualité de sa proposition technique et financière, et l’expérience de l’équipe d’évaluation proposée. Cette proposition sera envoyée à MPDL pour son approbation ou amendement avant le début du travail sur le terrain. Elle doit comprendre l’élaboration d’outils d’évaluation (questionnaires, enquêtes, etc.), la conception du plan de travail (au bureau et au terrain), le chronogramme d’activités, la composition de membres de l’équipe et le budget détaillé. Le plan de travail devra tenir compte des activités suivantes: Activités Nombre de jours (estimatifs) Observations Entretiens avec les responsables du projet (AECID, partenaires locaux et MPDL) 4 Révision de la documentation du projet. 5 Travail de terrain (échantillonnage, collecte de données, entretiens avec les bénéficiaires, entretiens avec les autorités, etc.). 23 Traitement de données et rapportage. 7 Atelier de restitutions des résultats préliminaires. 3 Remise du rapport provisoire de l’évaluation. 1 Discussion et accord avec MPDL sur le rapport provisoire. 5 Remise du rapport définitif de l’évaluation. 2 Total Jours 50 Il est important à noter que la méthodologie doit mettre l’accent sur les aspects de genre et qu’elle doit permettre la considération de tous les collectifs cibles, surtout ceux d’accès difficile. Amélioration de l'insertion socio-économique des femmes et des jeunes dans le secteur de l'économie rurale, particulièrement sensible à la crise alimentaire, économique et sociale dans la région de Kayes. Termes de Référence Evaluation Intermédiaire Externe Convention MPDL-AECID 18-C01-1057 16 7.- DOCUMENTS ET SOURCES D’INFORMATION: L’équipe d´évaluation aura accès aux sources d’information suivantes: - Document de la formulation du projet. - Programmation annuel 2019 et 2020. 1 - Rapport de suivi AECID du période 2019 - Rapport Final de l´ancienne Programme AECID - Evaluation Externe de l´ancienne Programme AECID - Rapports des différents responsables. - Rapports d’activités. - Plans /politiques nationales liés aux secteurs d’intervention. - Normative de gestion, suivi et justification des projets AECID. - Sources de Vérification du projet. - Enquêtes réalisées et base de données L'équipe d’évaluation pourra solliciter d'autres documents qui soient considérés comme nécessaires pour la réalisation du travail. 8. STRUCTURE ET PRÉSENTATION DU RAPPORT D'ÉVALUATION. Le rapport final d'évaluation, ainsi que les brouillons préalables, seront remis à MPDL qui partagera avec ses partenaires locaux, et autres acteurs qu’elles considèrent, les différentes versions du rapport pour amendements ou corrections avant d’avoir le rapport définitif). Ce rapport doit comporter les parties suivantes : 0. Résumé exécutif : nom du consultant / consultants de l’équipe d’évaluation, objectif de l’évaluation, titre du projet, localisation, durée, méthodologie utilisée, principales conclusions et recommandations, et autres. 1. Introduction : contexte et objet de l’évaluation, questions et critères de valeur, conditions et limites de l’étude, présentation de l’équipe, etc. 2. Description résumée de l'intervention évaluée, résumé des antécédents, l'organisation et gestion, des acteurs impliqués et le contexte dans lequel on développe l'intervention. 3. Méthodologie employée dans l'évaluation. 4. Analyse de l'information compilée, et les évidences autour des questions établies au préalable. 5. Conclusions de l'évaluation, en relation avec les critères d'évaluation établis. 6. Leçons apprises qui se détachent des conclusions générales qui indiquent les bonnes pratiques et qui peuvent être extrapolées et retro alimenter les actions de l'intervention en exécution ou pour des interventions futures. Amélioration de l'insertion socio-économique des femmes et des jeunes dans le secteur de l'économie rurale, particulièrement sensible à la crise alimentaire, économique et sociale dans la région de Kayes. Termes de Référence Evaluation Intermédiaire Externe Convention MPDL-AECID 18-C01-1057 17 7. Recommandations dérivées de l'évaluation classées selon le critère choisi par l'équipe d’évaluation. Chaque fois que c'est possible, il faudra mentionner l'acteur (ou les acteurs) à qui la recommandation est adressée de manière particulière. 8. La fiche d’évaluation du CAD (Comité d’Aide pour le Développement) 9. Annexes dans lesquels ils seront inclus : ? Les TdR ? Le plan de travail, la composition et la description de la mission. ? La Méthodologie proposée, les techniques et les sources utilisées pour compiler l’information. ? La Révision documentaire: liste des sources secondaires utilisées. ? Entretiens: liste d'informateurs, scénario d'interview et notes. ? Questions: modèles, données brutes compilées et l'analyse statistique. ? Les abréviations utilisées Le rapport d´évaluation sera soumis en espagnole et en français. La longueur maximale du rapport d'évaluation est de 50 pages (hors annexes), ainsi qu'un résumé ne dépassant pas 15 pages. 9.- ÉQUIPE D´EVALUATION. L'équipe chargée de mener cet exercice d'évaluation sera composée au moins par un/e expert/e dans des méthodologies de gestion d´interventions de coopération internationale et/ou un/e expert/e dans le développement local. Il sera évalué de manière positive la formation d’une équipe mixte (tant que la situation sécuritaire du pays le permet). L'équipe sera composée par un ou plusieurs experts qui doivent réunir le profil nécessaire pour réaliser le travail d’évaluation : - Le consultant principal devra avoir un diplôme universitaire (au moins Bac+5) (préférablement en agroéconomie, agronomie, statistique, et économie ou autres liés à ces secteurs). - Le consultant principal doit avoir au moins 8 ans d'expériences dans la formulation, l'exécution, le suivi et l'évaluation des projets ou programmes de développement - L'équipe doit avoir une expérience démontrée dans les évaluations de projets de Coopération Internationale pour le Développement et dans les secteurs productives et chaines de valeur agroindustriel, expérience dans la mise en oeuvre des entreprises, culture de paix et migration. L’expérience dans l’évaluation de projets et programmes de la coopération Espagnole est un atout. - L’équipe doit avoir l’expérience dans l’approche de genre, à prouver par des expériences professionnelles concrètes. - L’équipe doit avoir une bonne connaissance des cadres logiques et une vision programmatique ; Amélioration de l'insertion socio-économique des femmes et des jeunes dans le secteur de l'économie rurale, particulièrement sensible à la crise alimentaire, économique et sociale dans la région de Kayes. Termes de Référence Evaluation Intermédiaire Externe Convention MPDL-AECID 18-C01-1057 18 - L’équipe doit développer le travail de terrain en utilisant le Français et le Bambara (langue locale de la zone à enquêter). On évaluera la connaissance de la langue locale et on priorisera l'engagement des équipes locaux et mixtes. - L'équipe d’évaluation devra présenter le curriculum vitae de chaque membre qui la compose. - Bonne capacité de modération et de conduite des enquêtes au niveau communautaire. - Excellentes compétences analytiques, conceptuelles et rédactionnelles L'évaluation sera réalisée en étroite collaboration avec la participation et l’appui des partenaires locaux et des bénéficiaires, ainsi qu’avec la participation active des acteurs identifiés au point 3.2. 10.- CLAUSE DEONTOLOGIQUES : Le travail d'évaluation devra être régi par les clauses déontologiques suivantes, en étant indispensables leur observation par toutes les personnes intégrantes de l’équipe est nécessaire. Anonymat et confidentialité : L'évaluation doit respecter le droit des personnes de fournir l’information en assurant son anonymat et confidentialité. Responsabilité : N'importe quel désaccord ou différence d'opinion qui peut surgir entre les membres de l'équipe d’évaluation ou entre ceux-ci et les responsables du projet, en relation avec les conclusions et/ou les recommandations, doit être mentionné dans le rapport. Intégrité : L'équipe d’évaluation aura la responsabilité de mettre en évidence des questions non mentionnées spécifiquement dans ces TdR, si c'était nécessaire pour obtenir une analyse plus complète de l'intervention. Indépendance : L'équipe d’évaluation devra garantir l’indépendance de l'intervention évaluée, n'étant pas lié à sa gestion ou avec n'importe quel élément qui la compose. Validation de l’information : Il correspond à l'équipe d’évaluation de garantir la véracité de l'information compilée pour l'élaboration du rapport, et en dernière instance cette équipe sera responsable de l'information présentée dans le rapport d'évaluation. Incidents : Dans la supposition d'apparition de problèmes pendant la réalisation du travail de terrain ou à n'importe quelle autre phase de l'évaluation qui puissent compliquer la réalisation de l'évaluation totale ou partiellement ceux-ci devront expressément être communiqués à MPDL dans le délai maximal de 48 heures. Rapports d'évaluation et d'information compilée par l'équipe d’évaluation : L'équipe d’évaluation ne pourra pas faire une diffusion dans aucun cas de l'information compilée ni des rapports élaborés. La diffusion est une prérogative de MPDL 11.- DELAI POUR LA REALISATION DE L'EVALUATION. Le délai pour réaliser l’évaluation ne dépassera pas -cinquante (50) jours. La date estimative pour démarrer l’évaluation sera le 4 janvier2021 et la date estimative de fin de l’évaluation sera comme plus tard à la fin de 25 Février 2021, en accord avec la date de démarrage de l´évaluation. Amélioration de l'insertion socio-économique des femmes et des jeunes dans le secteur de l'économie rurale, particulièrement sensible à la crise alimentaire, économique et sociale dans la région de Kayes. Termes de Référence Evaluation Intermédiaire Externe Convention MPDL-AECID 18-C01-1057 19 12. BUDGET ESTIMATIF En donnant la priorité initialement aux offres mixtes et locales, si on ne trouvait pas une offre mixte ou locale adéquate, il serait ouvert au niveau international en dépendant du budget de l'embauche locale ou internationale Ce budget doit inclure les honoraires de l’équipe d’évaluateurs, les logements, les voyages au sein des communautés, les déplacements, la rédaction des rapports et toute autre dépense dérivée de l’évaluation. 13.-PRÉSENTATION DE L'OFFRE TECHNIQUE ET ECONOMIQUE. Les personnes intéressées doivent manifester leur intérêt à travers une proposition d’offre technique et financière. Les offres seront envoyées par e-mail à Eva Delgado, Responsable Mali MPDL. e.delgado@mpdl.org La date limite de dépôt des offres est le 23 décembre de 2020. Les propositions techniques doivent contenir obligatoirement : - Méthodologie à utiliser. - Proposition des outils de collectes des données. - CV du responsable principal ou de l’entreprise (le cas échéant). - CV des membres de l’équipe. - Proposition de plan de travail. - Chronogramme. Les offres financières doivent contenir obligatoirement : - Budget détaillé comprenant : prix forfaitaire journalier (qui englobera les honoraires et les per diem) et les frais du transport et de logement. IMPORTANT : L’offre financière doit obligatoirement être signée et cachetée. NB : Les soumissions seront évaluées sur la base des critères suivants : • Qualité de la proposition méthodologique : (40%) o La proposition méthodologique visant à mener à bien l’analyse est la plus appropriée pour répondre aux questions posées par l’évaluation ? o Est-ce viable de mener à bien les activités proposées, en rapport avec le contexte, les délais et les ressources disponibles ? o Existe-t-il d’autres alternatives méthodologiques plus adéquates ? o La transversalité du focus genre est-elle clairement spécifiée dans la proposition ? Est-elle adéquate ? • Qualité de l’équipe d’évaluateurs : (35%) o Connaissances méthodologiques o Expériences (seront considérées tant les années d’expérience comme la pratique sur des cas similaires) o Connaissance du contexte spécifique de l’intervention o Sensibilité aux thèmes de genre et d’inter culturalité • Qualité de la proposition économique : (25%) o Est-elle en adéquation avec les fonds disponibles ? o Présente-t-elle un détail des frais adéquats et réalistes en fonction de la proposition technique ? La date et l’heure limite pour la réception des offres est le 23 décembre 2020. Aucune offre ne sera acceptée après cette date. Amélioration de l'insertion socio-économique des femmes et des jeunes dans le secteur de l'économie rurale, particulièrement sensible à la crise alimentaire, économique et sociale dans la région de Kayes. Termes de Référence Evaluation Intermédiaire Externe Convention MPDL-AECID 18-C01-1057 20 ANNEXES Fiche d’évaluation du CAD.