En vue de réduire le taux d’accidents de la circulation routière, l’Agence Nationale pour l’Emploi (ANPE) a formé une soixantaine de conducteurs de tricycles ou mototaxis. Les bénéficiaires de la formation ont reçu leur attestation ce lundi 17 décembre 2018 dans les locaux de l’ANPE, en présence du Ministre de la Jeunesse de l’Emploi et de la Construction Citoyenne, Amadou KOÏTA.

Le projet « Taxini ou moto taxi » est une initiative de l’ANPE lancée en 2006. Il a pour but de créer des emplois et contribuer à faciliter la mobilité urbaine ou semi urbaine des populations », a rappelé le Directeur général de l’Agence Nationale Pour l’Emploi (ANPE), Ibrahim Ag NOCK.

Cependant, selon lui, après plus de dix ans de pratique l’exploitation des tricycles n’est pas sans conséquences sur la sécuritaire routière. Et pour cause, constate-t-il, les tricycles sont impliqués dans plusieurs cas d’accidents. A l’origine : la non-maîtrise du code de la route par les conducteurs de ces engins à trois roues utilisées dans le transport des personnes et des biens.

C’est pour corriger ces insuffisances que l’ANPE en partenariat avec l’Union nationale des travailleurs de l’économie informelle (UNTEI) a initié une formation à l’intention de soixante conducteurs de tricycles à Bamako et Ségou.

L’objectif est de renforcer les capacités des exploitants des tricycles et « Taxini » en code de la route et en sécurité routière », a précisé le DG de l’ANPE, Ibrahim Ag NOCK.

D’après lui au cours de la session de formation, les bénéficiaires ont été initiés entre autres sur les consignes de la route, les panneaux de signalisation, les causes et les conséquences des accidents, mais aussi la prévention de l’incendie.

Pour le Ministre de la Jeunesse, de l’Emploi et de la Construction Citoyenne, Amadou KOÏTA, la maîtrise du Code de la route réduira le taux d’accidents et ses conséquences sur nos routes.

Il a invité les bénéficiaires à faire bon usage des savoirs acquis  lors de cette formation.

La cérémonie a pris fin par la remise symbolique des attestations aux récipiendaires par les officiels.

SOURCE : TJIKAN du mardi 18 décembre 2018.