Le Secrétaire général du ministère de l’Entrepreneuriat National, de l’Emploi et de la Formation Professionnelle, Drissa GUINDO a présidé, mardi dernier, la cérémonie de signature de la convention de partenariat entre ThinkPeace et l’Agence Nationale Pour l’Emploi (ANPE).

 Cette convention d’une durée de trois ans renouvelable, est basée sur des principes fondamentaux auxquels les deux parties s’engagent à respecter. Il s’agit de la volonté manifeste de collaborer et de travailler en synergie, de la reconnaissance de la complémentarité et des rôles et responsabilités de chacune des parties en fonction de leurs mandats, forces et expertises respectifs, la confiance mutuelle et le respect des engagements.

 Selon le Coordinateur de ThinkPeace, Abdoul Karim FOMBA, cette convention permettra de reconstituer les économies détruites, de créer des opportunités économiques afin de stabiliser les familles et surtout les jeunes à ne pas se retrouver dans les groupes violents. « Pour ce faire, nous développons une approche intégrée d’autonomisation des jeunes et des femmes et leur accompagnement vers l’auto-emploi », a- t-il assuré.

 A l’entendre, l’atteinte des objectifs de cette approche nécessite des formations en leadership, en gestion, en transformation et en entrepreneuriat sociale facilitant l’engagement de l’ensemble des couches sociales au développement et la stabilité de leur localité renforcée par les initiatives de consolidation de la paix.

 Pour le Directeur de l’ANPE, Ibrahim AG NOCK, la signature de la présente convention vient concrétiser une dynamique de partenariat dont l’objectif principal est de tisser un partenariat stratégique entre les deux structures. « Nous voulons réunir les compétences, les approches et les objectifs au service de l’accompagnement des jeunes et des femmes vers l’autonomisation par l’auto-emploi », a- t-il expliqué.

 Pour sa part, le Secrétaire général du ministère de l’Entrepreneuriat National, de l’Emploi et de la Formation Professionnelle, Drissa GUINDO a engagé l’ANPE à respecter les termes de la convention pour la promotion de l’auto-emploi. « L’auto-emploi ne peut se promouvoir que par la formation de futurs entrepreneurs », a- t-il soutenu.

 Source : L’Indépendant N° 5254 du jeudi 08 juillet 2021.