Le Centre de Formation Technique et Professionnelle Guy Robert de Titibougou a abrité le 05 janvier 2019 l’ouverture des sujets de l’examen de fin de formation de type dual mise en œuvre par le FAFPA. L’ouverture des sujets été effectuée par le ministre de la jeunesse de l’Emploi et de la Construction Citoyenne M. Amadou Koïta en présence de Mohamed Albachar Touré Directeur du FAFPA de la Directrice du centre Mme Kadi Camara et du Directeur du PROCEJ M. Drissa Ballo.

Dans le but de lutter contre le chômage et faciliter l’employabilité des jeunes scolarisés et non scolarisés que le Fonds d’appui à la formation professionnelle et à l’apprentissage (FAPPA) en collaboration avec la Direction Nationale de la Formation professionnelle et les organisations professionnelles a mis en œuvre cette formation de type dual. Cent quatre-vingt-treize (193) candidats issus du centre de formation technique et professionnel ont pris part à cet examen de fin de formation. Au total 1193 jeunes ont examinés dans 50 centres sur toute l’étendue du territoire dont 17 à Bamako.

Durant 03 ans les jeunes ont été formés dans onze filières porteuses d’emploi que sont coiffure Esthétique, Mécanique, Engins à deux roues, Electronique, froid climatisation, Mécatronique, Construction  Métallique, Transformation Agroalimentaire, Staff/plâtre, Fabrication matériels agricoles, équipement électronique et coupe et couture.

Il faut noter que, ce projet est issu du programme du Projet de Développement des Compétences et Emploi des Jeunes (PROCEJ) dont l’objectif est de soutenir l’éducation et la formation pour l’employabilité et les opportunités de création d’emplois par le secteur privé pour les jeunes du Mali et sur l’ensemble du territoire. Le projet concerne les jeunes de 15-29 ans scolarisés ou non et a pour but de promouvoir les perspectives d’emploi dans les petites et moyennes entreprises.

Dans son intervention le Ministre Amadou KOÏTA a affirmé que ce programme et projet s’inscrivent dans la vision du président de la République volet 3 le développement du capital humain. Selon lui, seule la formation de ce genre permettra de lutter efficacement contre le chômage. Elle permettra également aux bénéficiaires de mener des activités génératrices de revenus.

Source : La Sirène N°198 du lundi 07 janvier 2019.