Le Président du Conseil d’Administration de l’Agence Nationale Pour l’Emploi (ANPE), Mamadou Sini Coulibaly a déclaré, au cours de la 39ème session ordinaire (session budgétaire) que « la demande d’emploi est très forte, la jeunesse attend. Nous devons nous atteler en 2020 pour le Partenariat Public – Privé (PPP) soit une réalité ».

Le PCA de l’ANPE, Mamadou Sini Coulibaly (au centre) et le DG Ibrahim Ag Nock (à droite).

Cette session budgétaire, qui s’est tenue au CPR – ANPE hier jeudi, a permis aux administrateurs d’examiner et d’adopter le rapport du commissaire aux comptes, exercice clos au 31 décembre 2018 ; d’examiner et d’adopter le point d’exécution à mi-parcours du Plan de Travail Annuel (PTA) 2019 et du projet prévisionnel du PTA 2020. Aussi, ils se sont penchés sur l’examen et l’adoption du point d’exécution à mi-parcours du budget 2019 et du projet prévisionnel du budget 2020.

Le Président du conseil d’administration de l’Agence Nationale pour l’Emploi (ANPE), Mamadou Sinsi Coulibaly, a confirmé qu’en plus des programmes habituels de l’ANPE, le PTA 2020 consacre une place de choix au secteur privé à travers la création et le développement des Petites et Moyennes Entreprises (PME).

Le taux global de réalisation des activités ou en cours de réalisation est de 86,4% au 31 octobre 2019. Le taux d’exécution du budget au 30 septembre 2019 au titre des dépenses est de 74,51% et au titre des recettes 74,76%.

 2020, une année de promotion des emplois il a annoncé que pour le PTA 2020 « le coût global des activités s’élève à 1 728 877 000 f CFA.

Cette année sera une année de promotion des emplois à travers le PPP moteur de croissance et de contribution à la mise en œuvre de la Politique Nationale de l’Emploi (PNE).

Mamadou Sini Coulibaly a indiqué également que le budget prévisionnel de l’Agence auquel est adossé le PTA 2020 s’élève à la somme de 6 058 000 000f CFA contre 6 370 000 000 f CFA.

Pour l’exercice 2019, soit une baisse de 4,90 %.

Cela est dû, selon le PCA, à la situation conjoncturelle difficile que traverse le pays.

A l’en croire, la demande d’emploi est forte, la jeunesse attend et la pression est sur les administrateurs qui devront mettre des moyens à leur disposition pour qu’ils s’insèrent dans la vie économique.

Pour y arriver, 2020 doit être une année de Partenariat public –privé, car toujours selon lui c’est le seul système qui nous permet d’avancer, a-t-il soutenu.

Et de conclure « Nous devons nous atteler à ce que le PPP soit une réalité en 202 »

Pour sa part, le Directeur Général de l’ANPE, Ibrahim Ag Nock a annoncé qu’en 2020, l’Agence connaît une baisse conjoncturelle de budget due à la crise « Nous nous attèlerons à ce que cette baisse soit compensée par la mobilisation des ressources avec le Partenariat public – privé » a-t-il déclaré.

Signalons qu’en 2020, il est prévu la promotion des PME-PMI, la technique de recherche d’emploi, de formation massive mais aussi le PPP, l’emploi rural, l’autonomisation des femmes.

L’indépendant n° 4856 vendredi 29 Novembre 2019.